BFM Lyon

Métropole de Lyon: polémique autour d'un site hospitalier transformé en centre d'hébergement

Un Ehpad (illustration).

Un Ehpad (illustration). - SEBASTIEN BOZON © 2019 AFP

Le bâtiment désaffecté de l'ancien Ehpad de l'hôpital Antoine Charial, voué à la fermeture dans quelques mois, doit accueillir à partir de la semaine prochaine "environ 80 personnes" sans domicile. Plusieurs élus assurent ne pas avoir été concertés.

Des élus de l'ouest lyonnais ont dénoncé ce vendredi "l'absence de concertation" autour de la transformation de bâtiments désaffectés d'un hôpital en centre d'hébergement d'urgence, ce que la préfecture du Rhône a réfuté.

Le bâtiment désaffecté de l'ancien Ehpad de l'hôpital Antoine Charial, voué à la fermeture dans quelques mois et situé sur les communes de Francheville, Tassin-la-Demi-Lune et Craponne, à l'ouest de Lyon, doit accueillir à partir de la semaine prochaine "environ 80 personnes" sans domicile, selon les services de l'État.

Les élus locaux ont un projet de nouvel Ehpad, de pôle de santé multidisciplinaire et de pôle sportif. "Nous sommes en colère face à l'absence de concertation de l'État qui nous impose un autre projet", a déclaré lors d'une conférence de presse le maire LR de Francheville, Michel Rantonnet.

"Ni la capacité, ni les compétences"

"Nous avons reçu un courrier le 18 août nous informant qu'une convention avait été signée entre l'État et les HCL (Hospices civils de Lyon, dont dépend l'hôpital, ndlr) pour en faire un centre d'hébergement", a-t-il regretté.

Ce dernier, géré par deux associations caritatives, pourrait à terme accueillir "plusieurs centaines de personnes", selon l'édile pour qui les trois communes "n'ont ni la capacité, ni les compétences pour accueillir plusieurs centaines de personnes fragiles".

Le secrétaire général adjoint de la préfecture, Clément Vivès, a assuré devant la presse que les maires avaient "été informés".

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 arrivant au moment où débute la période hivernale, "c'est la responsabilité de l'État de mettre les personnes à l'abri dans un contexte de crise sanitaire jamais vu", a-t-il souligné.

Le bâtiment accueille encore des malades

Selon Clément Vivès, le projet soutenu par les élus locaux n'est "pas prêt à partir" et laisserait ces bâtiments, disposant de chambres "immédiatement disponibles, sans travaux", vides "pendant de nombreuses années". "Dès que des travaux seront en mesure de se tenir, bien entendu que l'État rendra les clés", a-t-il ajouté.

Le bâtiment principal de l'hôpital Charial, qui accueille "encore actuellement 141 malades", doit être fermé "en février 2021", a précisé le maire de Francheville.

De leur côté, les HCL ont précisé à l'Agence France-Presse (AFP) que l'avenir du site avait fait l'objet en 2016/2017 "d'un projet équilibré reposant sur un triptyque Ehpad/économie et résidentiel", mais que l'une des communes concernées "avait, à la fin de l'instruction, bloqué ce projet".

F.B. avec AFP