BFM Lyon
Lyon

Métropole de Lyon: Bruno Bernard satisfait des "bons retours" pour les urinoirs publics inclusifs

Le président de la Métropole de Lyon annonce que "94% des répondants sont satisfaits des emplacements actuels des sanitaires" et que "la quasi-totalité jugent l'état de propreté très bon".

L'expérimentation temporaire d'urinoirs inclusifs, dédiés aux femmes et personnes à mobilité réduite au sein de la Métropole de Lyon, va prendre fin lundi prochain, le 26 septembre. Six mois après leur installation, l'heure est au bilan pour ces dispositifs, qui "ont beaucoup fait parler", reconnaît le président de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, sur son compte Twitter.

Pourtant, malgré les critiques, les résultats de l'expérimentation seraient bons, à en croire ce dernier. "L'enquête de satisfaction préliminaire soulignait de bons retours, notamment le long des quais où l'accessibilité aux sanitaires est plus compliqué", commente Bruno Bernard sur son compte Twitter.

"362.500 utilisateurs ont pu bénéficier de ces dispositifs", indique également l'élu.

Autre point important pour le président Vert de la métropole: l'écologie. Grâce aux installations de ces urinoirs, "435.000" litres d'eau ont été économisés et le recyclage de l'urine, "riche en azote et en phosphore" et récoltée "avec le partenariat d'une plateforme de compostage agricole", a permis la fertilisation de 43 hectares de champs agricoles.

Enfin, "94% des répondants sont satisfaits des emplacements actuels des sanitaires et la quasi-totalité jugent l'état de propreté très bon" au sein de ces urinoirs, selon une enquête "de trois semaines", conclut le président de la Métropole.

Une mesure critiquée

Car si l'objectif premier affiché par les autorités lyonnaises étaient bien "de tester l'utilisation et l'entretien d'urinoirs accessibles sur des points de demandes identifiées" ainsi que de rendre "plus accessibles les toilettes aux personnes à mobilités réduites et aux femmes", rapidement les critiques ont fusé, venant aussi bien des Lyonnais que des élus de l'opposition. "C'est à se demander [...] s'ils ont un minimum réfléchi", s'étonnait en avril dernier Louis Pealez, conseiller métropolitain d'opposition, au micro de BFM Lyon.

"On est tous d'accord qu'il faut plus d'urinoirs. Ils ont eu une expérience quand même avec la Guillotière qui a été épouvantable et là, on a l'impression que ça ne leur sert pas de leçon", poursuivait ce dernier.

Les élus n'étaient pas les seuls à être au mieux surpris, ou pire dégoûtés par ces installations. "Les hommes urinent en public, il n'y a pas de vie privée", s'étonnait une touriste venue de Nouvelle-Calédonie, au mois de mai dernier sur notre antenne.

"En plein milieu d'une place, à côté d'une œuvre d'artiste, c'est insupportable", estimait quant à elle une habitante au micro de BFM Lyon.

Les résultats de l'expérimentation soulignent "la nécessité de concilier contraintes urbanistiques, inclusivités & écologie dans les solutions proposées", selon la Métropole. "Loin des polémiques", Bruno Bernard entend bien répondre aux besoins présents en sanitaire à Lyon et ses environs, et promet de "travailler avec ces résultats" pour y arriver.

Alixan Lavorel