BFM Lyon

Lyon: un entrepreneur offre deux tonnes de haricots bio pour saluer l'arrivée des Verts

Les légumes ont été distribués aux employés de la métropole ce vendredi matin. L'opération visait également à alerter sur l'agriculture péri-urbaine.

Un entrepreneur a offert ce vendredi deux tonnes d'haricots verts bio à la mairie et à la métropole de Lyon, pour y saluer l'arrivée des Verts et alerter sur le sort de l'agriculture dans les banlieues de grandes villes.

Une centaine de cagettes

Alors que la victoire des Verts inquiète nombre de ses homologues, "les Verts, c'est pas la fin des haricots !" a lancé André Roibet, dirigeant d'une entreprise de 500 salariés, Tebior, qui fabrique des enrobés pour travaux routiers

"Je suis un entrepreneur comme Bruno Bernard, le nouveau président de la Métropole de Lyon, un militant humanitaire comme le maire de Lyon (Grégory Doucet), et je suis écologiste depuis toujours", avait déclaré André Roibet, 55 ans, en conviant la presse à assister à l'opération.

Dès 8h, près d'une centaine de cagettes de haricots, d'un poids total de 1,5 tonne, ont été déchargées devant le siège de la métropole. Les légumes ont été ensuite proposés gracieusement aux employés de la métropole, qui se sont servis grâce à des sacs biodégradables distribués sur place.

Des milliers d'emplois en jeu

"Petit-fils de paysan" basé à Pusignan, au nord de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, André Roibet voulait aussi par cette opération alerter sur le sort de l'agriculture dans les banlieues de grandes villes.

"L'agriculture péri-urbaine (...), a besoin de prendre une partie infime du développement de Lyon pour pouvoir s'épanouir à nouveau", a avertit l'entrepreneur.

"Ce sont des milliers d'emplois" en jeu, a ajouté le chef d'entreprise qui, maidepuis 1989, avec sa fondation Arboretum, promeut des projets d'aménagement de chemins de randonnée, de jardins partagés de "libre cueillette" ou de ferme pédagogique.

L'intéressé appelle au micro de BFM Lyon à créer une "grande couronne verte, un chapelet de fermes reliées par des corridors écologiques".

L'agriculture n'a aujourd'hui "pas sa place à 8 kilomètres de la place Bellecour", regrette André Roibet, qui a également transmis ce message à l'Hôtel de Ville, en y distribuant devant ses grilles une demi-tonne d'haricots.

Par B.R. avec AFP