BFM Lyon

Métropole de Lyon: les loyers, l'eau et les jeunes, priorités du nouveau président, Bruno Bernard

L'écologiste Bruno Bernard remporte la mairie et la métropole de Lyon, le 28 juin 2020

L'écologiste Bruno Bernard remporte la mairie et la métropole de Lyon, le 28 juin 2020 - JEFF PACHOUD © 2019 AFP

L'écologiste a dévoilé ce jeudi les chantiers prioritaires qu'il veut engager cet été.

"RSA jeunes", régie publique de l'eau, loyers encadrés: le nouveau président EELV de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, a dévoilé ce jeudi les chantiers prioritaires qu'il veut engager cet été.

L'encadrement des loyers arrive en tête de liste: un dossier sera déposé dans les prochaines semaines auprès des services de l'État pour lancer la procédure "dès 2021" dans les "zones en tension", indique-t-il dans un communiqué de presse.

Prévue aussi dans le programme électoral des Verts, une "brigade logement" veillera au respect des nouvelles règles, fera "la chasse aux marchands de sommeil" et s'attaquera aux abus en matière de logements meublés (de type AirBnB).

Attendue également, la mise en régie publique du service de production et de distribution de l'eau, assuré pour l'heure dans le Grand Lyon par une filiale du groupe privé Veolia dont la délégation de service court jusqu'en 2023. Un groupe de travail sera créé prochainement dans cette optique.

Soutien au tourisme, revitalisation des centre-villes

Le nouvel exécutif confirme qu'il souhaite expérimenter un "RSA jeunes" et va solliciter à cette fin l'autorisation de l'État.

Autres priorités des prochaines semaines, la "sécurisation des points noirs cyclistes" et des abords des établissements scolaires ; et l'accélération des procédures d'instruction des permis de construire - l'exécutif a déjà fait voter une délibération étendant les pouvoirs de Bruno Bernard en la matière.

Le soutien au tourisme, la revitalisation des centre-villes et la mise en place d'une cellule de suivi des crises sanitaires figurent enfin dans les intentions premières de l'écologiste, élu début juillet à la tête de la deuxième agglomération de France, forte d'1,4 million d'habitants et de 3,5 milliards d'euros de budget.

F.B. avec AFP