BFM Lyon

Lyon: les embouteillages plus nombreux qu'avant la crise du Covid-19

Depuis la levée des restrictions sanitaires au début du mois de mai, les bouchons ont explosé dans la métropole lyonnaise, selon les données de l'entreprise TomTom.

Ça coince à nouveau sur les routes lyonnaises. Après une accalmie liée aux confinements successifs depuis un an, les embouteillages ont bondi ces dernières semaines, selon les données présentées par l'entreprise TomTom.

"Le taux de congestion, qui mesure le niveau d’embouteillages d’une agglomération en fonction de la hausse des temps de parcours, connait une forte hausse depuis la 1e phase de déconfinement du 3 mai", indique la société de GPS.

Désormais supérieur à 2019

Au début de l'année, le taux moyen de congestion hebdomadaire était déjà sensiblement inférieur à une semaine-type de 2019, avant de chuter pendant le troisième confinement. Le taux a alors été quasiment divisé par deux la première semaine d'avril.

La fin du troisième confinement en mai a totalement inversé la tendance. Sur les quatre dernières semaines, le taux de congestion est même nettement supérieur à celui de 2019 aux mêmes dates. Sur la première semaine de juin, il a ainsi augmenté de 18%, selon TomTom.

Illustration de cette forte hausse du taux de congestion, le trafic aux heures de pointe est devenu plus difficile.

"Au cours des 15 derniers jours, il a systématiquement dépassé le pic moyen des journées équivalentes de 2019", indique dans son communiqué l'entreprise.

Des temps de parcours allongés

En conséquence, les temps de trajet se sont aussi allongés. TomTom donne ainsi l'exemple d'un trajet Ecully à Lyon Part-Dieu, parcouru en heure de pointe entre 17h et 18h. Pour effectuer cet itinéraire de huit kilomètres, il faut désormais compter 29 minutes en moyenne sur la première semaine de juin, soit trois minutes de plus qu'en juin 2019. En comparaison, ce trajet ne mettait que dix minutes en 2020.

Idem sur un trajet Caluire-Gerland par le périphérique, la vitesse moyenne s'est réduite à 16 km/h, contre 29 km/h deux mois plus tôt.

Par ailleurs, les week-ends n'affichent pas de véritable répit sur les routes lyonnaises. Sur les quatre derniers samedis, TomTom a enregistré un taux de congestion compris entre 23% et 28%, au-dessus de la moyenne de 22% pour un samedi en 2019.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions