BFM Lyon

Lyon: les cordons bleus bannis des cantines scolaires

La municipalité écologiste a pris cette décision car le cordon bleu incarne selon elle, un produit alimentaire ultra-transformé. Le plat disparaîtra des cantines à la rentrée 2022.

Plus de cordon bleu dans les cantines scolaires lyonnaises. La municipalité écologiste a décidé d'exclure ce plat pourtant coutumier des plateaux des écoliers, à partir de la rentrée 2022.

Gautier Chapuis, conseiller de Lyon délégué à l'alimentation locale et à la sécurité alimentaire a confirmé cette décision lors d'une rencontre avec des journalistes rapportée par Lyon Mag.

"Le cordon bleu est un peu le fer de lance des produits alimentaires ultra transformés, et à ce titre il n’a plus de raison d’être dans les menus des élèves lyonnais", justifie l'élu.

A Lyon, 26.000 repas sont délivrés par jour, le prestataire que la mairie choisira pour la rentrée prochaine devra donc adapter ses menus sans cette escalope panée au fromage. Le député LaRem du Rhône Bruno Bonnell fait lui déjà part de son incompréhension face à cette décision. "La même semaine à Lyon, on gagne un Bocuse d'Or et on perd un cordon bleu... allez comprendre?", a tweeté l'élu.

Aller vers une alimentation plus saine

Cette mesure va dans le sens d'une volonté de la mairie de Lyon d'offrir une alimentation plus saine aux enfants dans les cantines des écoles. Sur son site officiel, la mairie assure vouloir effectuer une "amélioration constante des menus proposés, pour des cantines scolaires encore plus saines et responsables". Elle indique vouloir également proposer à l'horizon 2025, 100% d'aliments bio et 50% de produits locaux dans les cantines.

Le président EELV de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, a lui, annoncé en août dernier, "la multiplication par quatre", à 10 millions d'euros, du budget d'investissement à l'agriculture afin de soutenir le bio et le local. Il espère retrouver ses productions "dans les assiettes des plus jeunes".

Un menu sans viande avait par ailleurs été temporairement installé en février dernier pendant plusieurs semaines, en raison de la crise sanitaire, pour permettre de fluidifier les passages à la cantine en proposant un menu unique. Ce choix avait déjà suscité à l'époque une vive indignation de l'opposition de droite mais aussi du ministre de l'agriculture et de l'alimentation Julien Denormandie.

Gauthier Hartmann