BFM Lyon

Lyon: en grève, les agents de sécurité des gares veulent une prime Covid

Les agents de sécurité des gares lyonnaises estiment être en première ligne face au coronavirus. Jugeant qu'ils ne sont pas suffisamment protégés, ils réclament le versement d'une prime Covid.

Les agents de sécurité des gares lyonnaises et de la société BSL Sécurité sont en grève ce mercredi. Pas de suppression de poste à l'horizon, les salariés sont mobilisés pour demander le versement d'une "prime Covid", d'un montant de 1000 eurso et délivrée par le gouvernement à de nombreuses professions ayant été en première ligne face au virus.

Exclu de ce dispositif, les agents de sécurité des gares de Lyon, qui côtoient quotidiennement des centaines de voyageurs, estiment être vulnérables face au Covid-19 et plus à même d'être contaminés.

"On fait partie des premiers de corvée"

En colère, ils se sont rassemblés ce mercredi matin devant la gare de Lyon Par-Dieu, dans le 3e arrondissement, durant une heure.

"On n'est pas véritabelment considéré alors qu'on fait partie des premiers de corvée, déplorait ce mercredi au micro de BFM Lyon Philippe Boislandon, membre de la commission CGT commerces. C'est toutes les petites mains qui ont été utiles pendant le confinement comme les éboueurs, les caissières, les infirmières", a-t-il ajouté.

Au versement de cette "prime Covid" vient s'ajouter une autre revendication: les agents de sécurité des gares lyonnaises demandent à leurs employeurs de recalculer leurs heures supplémentaires en semaine et non au mois, comme c'est actuellement le cas. Pour l'heure, la direction des salariés mobilisés ne leur a pas apporté de réponse.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions