BFM Lyon

Lyon: des perturbations sur les lignes de bus ce lundi en raison d'une grève des conducteurs

Un bus TCL à Lyon (image d'illustration).

Un bus TCL à Lyon (image d'illustration). - BFM Lyon

Les salariés ont entamé le mouvement social dans la matinée. "Plus de 50% d'entre eux sont mobilisés", selon la CGT. Ils dénoncent notamment l'agression à l'arme à feu subie par un chauffeur au début du mois.

Déplacements difficiles pour les usagers lyonnais des transports en commun ce lundi. Le trafic est perturbé sur plusieurs dizaines de lignes de bus en raison d'une grève des conducteurs, ont indiqué les TCL sur leur site internet. L'ouest lyonnais est particulièrement touché.

Aucun bus ne circulera par exemple sur les lignes 5, 10E, 15E, 20, 20/22, 21, 22, 46, 55, 65, 66, 89D, S1 et S11.

Sur certaines lignes, le trafic sera limité. Les bus de la ligne C6 circulent uniquement entre "Campus Lyon Ouest" et "Gare de Vaise", les bus de la ligne C14 circulent uniquement entre "Les Sources" et "Gare de Vaise" et les bus de la ligne 31 circulent uniquement entre "Cité Edouard Herriot" et "Gare de Vaise".

Enfin, la fréquence des bus est allégée sur les lignes suivantes: C6, C6E, C11, C14, C19, C20, C21, C24, 2, 3, 8, 10, 19, 31, 37, 40, 43, 45, 49, 52, 67, 68, 71, 73, 89, 90, et 98.

"L'inquiétude des salariés est très forte"

Les lignes de métro, tramway et funiculaires et les lignes scolaires Junior Direct circuleront normalement, soulignent néanmoins les TCL.

Les salariés sont actuellement regroupés aux dépôts de Vaise et de Perrache. "Aujourd'hui, il y a plus de 50% d'effectifs en grève. Ça fait très longtemps que ce n'est pas arrivé. L'inquiétude des salariés est très forte", souligne Riad Marzouki, représentant CGT pour les TCL. (...) La CGT des TCL accompagne les salariés dans ce mouvement. Ce qui est inédit, c'est l'organisation de la grève, ça a été à la base des salariés."

Des tirs à l'arme à feu

Cette grève a pour "élément déclencheur l'agression par arme à feu" subie par un conducteur lyonnais le 1er septembre à Sainte-Foy-lès-Lyon. Quatre impacts de balles ont été retrouvés sur le bus. Si le chauffeur a pu s'en tirer indemne, le choc psychologique s'est avéré important.

À travers cette mobilisation, les salariés demandent aussi une amélioration de leurs conditions de travail, "qui se dégradent", selon Riad Marzouki, tandis que les salaires "stagnent depuis plusieurs années". "Ils attendent un gros signe de l'entreprise", assurent-il. Ces derniers décideront dans la journée s'ils reconduisent le mouvement.

Mélanie Ferreira avec Florian Bouhot