BFM Lyon

Covid-19: le Pr Bruno Lina fait état d'une "tendance vers une amélioration" dans le Rhône

Le professeur de virologie, membre du Conseil scientifique, reste cependant résolument prudent et refuse pour l'heure de parler de "phase de décroissance" dans le département.

Il s'agit de faire preuve de "précaution". Bruno Lina, professeur de virologie à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon et membre du Conseil scientifique, a fait état ce lundi sur notre antenne d'une inflexion de la situation sanitaire dans le Rhône. Il reste cependant très prudent dans les termes à employer pour la caractériser.

"Dans le Rhône, on commence à avoir quelques indicateurs qui montrent une tendance vers une amélioration", indique-t-il.

L'évolution favorable du taux d'incidence le confirme. Celui-ci est en baisse "depuis deux à trois jours", selon l'intéressé, aussi bien dans le Rhône que dans la ville de Lyon.

"Il doit être suivi normalement quelques jours plus tard d'une diminution du nombre d'admissions à l'hôpital et encore un petit peu plus tard d'une diminution du nombre d'admissions en réanimation", prévoit-il, restant particulièrement précautionneux.

Un "premier signal positif"

Si le Pr Bruno Lina concède un "premier signal positif", "la charge hospitalière, en particulier la charge hospitalière en réanimation, reste extrêmement élevée", relève-t-il. Et le professeur d'insister: "Il y a encore des tensions sur l'ensemble des structures hospitalières du Rhône et de Lyon".

Pas question dès lors de parler "d'une phase de décroissance" pour l'intéressé, tournure employée par le ministre de la Santé Olivier Véran pour qualifier la situation sanitaire à l'échelle nationale. Pour le Pr Bruno Lina, "il va falloir probablement qu'on consolide cette information sur plusieurs jours avant de vraiment commencer à dire qu'on est en phase de décroissance".

Une amélioration durable ne sera possible que si "le comportement général de tout le monde reste le même", a-t-il averti. Avant de se montrer rassurant: "Il n'y a pas de raison qu'on ne soit pas dans un début de dynamique positive".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions