BFM Lyon

Auvergne-Rhône-Alpes: la Fondation Abbé Pierre alerte sur l'amplification du mal-logement

Un sans-abri à Lyon, en janvier 2017.

Un sans-abri à Lyon, en janvier 2017. - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Saturation des dispositifs d'accueil, risques d'expulsion, endettement des ménages... Dans un rapport publié ce jeudi, la Fondation Abbé Pierre constate une aggravation de la précarité dans la région.

En 2019, la Fondation Abbé Pierre comptait 5500 personnes sans-abri ou vivant dans des squats et bidonvilles dans la Métropole de Lyon. Mais la question du mal-logement ne concerne pas uniquement les personnes dépourvues de domicile. Elle englobe également les ménages précaires. Et ces derniers sont de plus en plus nombreux en Auvergne-Rhône-Alpes, alerte la Fondation Abbé Pierre dans un rapport rendu ce jeudi. Un constat renforcé par la crise sanitaire.

> Plus de places d'hébergement d'urgence, mais plus de demandes

Si l'association a observé une multiplication par deux du nombre de places d'hébergement entre 2015 et 2020, la demande a elle aussi augmenté. "La saturation des dispositifs d'accueil des personnes sans-abri et des demandeurs d'asile s'est intensifiée depuis le début des années 2000", relève la Fondation Abbé Pierre.

Dans le Rhône, par exemple, le 115 peine à trouver des hébergements à tous les demandeurs. 50% d'entre eux ne peuvent accéder à un hébergement d'urgence, selon l'association.

> Plus d'allocataires du RSA, plus d'endettement et de risques d'expulsion

En 2020, année marquée par la diffusion de l'épidémie de Covid-19, le nombre d'allocataires du RSA en Auvergne-Rhône-Alpes a augmenté de 11%, est-il indiqué dans le rapport. Soit 17.000 bénéficiaires supplémentaires.

En parallèle, l'endettement des ménages s'est accru. Au point que les foyers les plus précaires peinent à payer les loyers. En 2019, 14.000 ménages ont reçu un avis d'expulsion.

En cause notamment, la difficulté de l'accès aux logements sociaux. La Fondation Abbé Pierre comptabilisait 58.000 attributions de logements sociaux en 2017 en Auvergne-Rhône-Alpes, 55.000 en 2019 et 47.000 en 2020. À titre d'exemple, dans la métropole de Lyon, un demandeur de logement social sur dix se le verra attribuer en 2021.

> Des dispositifs en période de crise

En 2020, la Fondation Abbé Pierre annonce avoir versé près de 2.280.000 euros de soutien à un total 97 projets. 70.000 euros d'aides directes ont été attribuées à des ménages précaires pour les aider à se maintenir dans leur logement.

L'association recense en outre 9420 personnes soutenues dans la région et 23.300 chèques-service distribués dans le cadre d'un fonds d'urgence déployé à partir du premier confinement.

> Un recours aux bénévoles en hausse

Malgré la dégradation de l'accès au logement observée, la Fondation Abbé Pierre se réjouit de voir toujours plus de collectifs bénévoles se saisir de la question. Vingt-neuf d'entre eux ont été soutenus par l'association ces derniers mois, notamment Solare, L'Ouvre Porte et ASSEDA dans le Rhône.

Au total, 313 ménages ont été aidés et logés en 2020, soit près de 800 personnes dans la région. 115 logements, quasi essentiellement financés par des dons, accueillent actuellement des sans-abri en Auvergne-Rhône-Alpes.

"Il faut qu'il existe des initiatives privées, insolentes, qui dénoncent l'urgence pour que l'opinion puisse s'y intéresser et faire pression", souligne la Fondation Abbé Pierre, pour qui "ces actions doivent être soutenues par les pouvoirs publics pour ne pas rester isolées et ou risquer de s'essouffler".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions