BFM Grand Littoral

"On est en train de nous tuer": la colère du président de l’UMIH du Calaisis sur le maintien de la fermeture des restaurants

Le président de l'Union des Métiers de l'Industrie de l'Hôtellerie du Calaisis alerte sur la situation des restaurants, assurant que certains mettront la clé sous la porte avant le 20 janvier.

Les commerces pourront rouvrir leurs portes dès samedi. Une réouverture toujours pas d'actualité pour les restaurants, qui ne pourront accueillir du public qu'à partir du 20 janvier, si et seulement si le gouvernement estime que la situation sanitaire le permet.

Une situation dénoncée au micro de BFM Grand Littoral par Hervé Lefebvre, président de l'Union des Métiers de l'Industrie de l'Hôtellerie du Calaisis. Le syndicat estime qu'il s'agit d'une mesure "disproportionnée, injustifiée et douleureuse" pour la profession.

"Nous sommes en pleine détresse. J'ai des adhérents qui sont au rouge, au rouge à vif. Que ce soit leur situation financière ou leur moral. On est vraiment laissé de côté", déplore-t-il. "On est en train de nous tuer, je n'arrive pas à comprendre", ajoute-t-il.

"Il va rester 70, 75% de nos enseignes à la réouverture"

Le président de l'UMIH du Calais dit aussi s'inquiéter pour toutes les filières de la région qui dépendent du fonctionnement des restaurants et des hôtels.

"Je pense aussi bien à la culture, à mes fournisseurs, les potagers, les porcins, les bovins, le lait, le beurre, les oeufs, le fromages. Nos producteurs locaux, les fournisseurs de boisson. Ils sont tous dans le même cas et on est en train de perdre une force dynamique d'accueil, de sociabilité, de convivialité de la France", prédit-il.

"Il va rester 70, 75% de nos enseignes à la réouverture. Et encore, si la réouverture se fait", poursuit Hervé Lefebvre. Les aides allouées aux restaurateurs -qui pourront toucher 20% de leur chiffre d'affaires mensuel ou 10.000 euros nets en décembre et janvier- pourraient en effet ne pas être suffisantes pour certaines structures déjà dans le rouge, alerte l'UMIH.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions