BFM Grand Littoral

Naufrage dans la Manche: cinq femmes et une fillette parmi les victimes, selon la maire de Calais

Selon Natacha Bouchart, l'une des femmes mortes dans le naufrage de l'embarcation était enceinte.

Une nouvelle "lourde à porter". Natacha Bouchart, la maire LR de Calais, est revenue sur BFMTV sur la journée endeuillée qu'a connue sa commune avec le naufrage d'une embarcation de migrants dans la Manche. Un drame qui a notamment coûté la vie à cinq femmes, dont une enceinte, ainsi qu'à une petite fille, selon l'édile.

"Ce ne sont pas des choses dont on est très fiers", déclare Natacha Bouchart sur BFMTV. "On n'y est pour rien et on en subi les conséquences, on doit porter en plus ce drame supplémentaire mais tout le monde a considéré qu'une fois la jungle évacuée on pouvait supporter d'autres choses."

Ce naufrage, "conséquence d'une traite humaine", elle le redoutait depuis plusieurs semaines: "j'ai alerté, sollicité un conseil des ministres, avec les instances européennes et les Britanniques. À Calais, on a malheureusement une expérience et on voyait une pression et qu'un drame allait arriver."

"Le ministre de l'Intérieur a sa responsabilité"

Natacha Bouchart appelle sur notre antenne à "des prises de décisions très fortes pour éviter ce genre" de drame à l'avenir. Une réunion interministérielle est prévue jeudi matin autour du Premier ministre avec notamment le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin mais aussi Jean-Yves Le Drian.

"Le ministre de l'Intérieur a sa responsabilité mais il doit être accompagné par le président de la République, le ministre de la Justice, des Affaires étrangères, de l'Économie pour prendre de la hauteur", développe la maire, appelant également Boris Johnson à faire "face à ses responsabilités".

D'après un bilan corrigé par le ministère de l'Intérieur en fin de soirée, 27 personnes sont mortes dans ce drame, loin d'être le premier dans la Manche. Il s'agit là du bilan le plus lourd depuis 2018.

Emmanuel Macron, qui a affirmé que "la France ne laisserait pas la Manche devenir un cimetière," a quant à lui demandé le renforcement "immédiat" des moyens de l'agence Frontex aux frontières extérieures" de l'Union européenne.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV