BFM Grand Littoral

"Il n'y a plus de ressources": le coup de gueule du président du Comité des pêches des Hauts-de-France

Covid-19, Brexit... Les pêcheurs des Hauts-de-France cumulent les difficultés depuis un an. Sur la Côte d'Opale, la situation est "catastrophique", selon le président du Comité des pêches régional.

Les pêcheurs de la Côte d'Opale en pleine crise. Ralentis par l'épidémie de Covid-19 et encore empêtrée dans les conséquences du Brexit, la profession peine à retrouver son souffle ces dernières semaines.

Un bateau pas rentable

"J'ai repris la mer la semaine dernière. Le bateau est resté environ trois semaines à quai, parce qu'on ne rentabilisait plus les marées", illustre Olivier Leprêtre, président du Comité des pêches des Hauts-de-France, au micro de BFM Grand Littoral.

"La cerise sur le gâteau, c'est le Brexit, affirme le pêcheur, très remonté et inquiet. On s'est retrouvé avec des Belges, des Hollandais et des Français dans la même zone. On a pillé la ressource et il n'y en a plus."

Dans ces conditions, il n'y avait ces dernières semaines "aucun intérêt à aller en mer". "Les derniers chiffres d'affaires, on était entre 10.000 et 12.000 euros la semaine", loin des "20.000 euros" nécessaires.

"La situation est catastrophique, on creuse notre tombe", alerte Olivier Leprêtre. Pour tenter de faire face à cette crise et donner un coup de pouce à la profession, le comité national des pêches vient de lancer une grande opération de promotion pour inciter les consommateurs à acheter du poisson issu des bateaux français.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions