BFM Grand Littoral

À Calais, pour la première fois depuis 1901, il n'y a pas d'apprentis dans les ateliers de dentelle

Cette situation résulte de la crise économique qui frappe le milieu de la mode en cette période de pandémie.

C'est une situation qui n'était pas arrivée depuis 1901. Cette année, dans les ateliers de dentelle de Calais, aucun apprenti n'est inscrit en formation.

Fragilisé par la crise sanitaire, le secteur de la mode est également frappé par une crise économique sans précédent. Cette situation n'encourage pas les entreprises à embaucher un apprenti.

"Étant donné que c'est très difficile pour le milieu de la mode et comme ils n'ont pas d'offres à pourvoir, les jeunes ne peuvent pas être embauchés pour un contrat d'apprentissage", explique Stéphane Capon, formateur des métiers de la dentelle à Calais.

Un savoir-faire menacé

Cette situation inédite pourrait nuire, à terme, à la transmission de ce savoir-faire artisanal traditionnel. En moyenne, les professionnels de ce métier ont 55 ans. Inquiets d'une disparition de ce pan de l'histoire industrielle, les formateurs comptent donc sur la formation d'apprentis pour pérénniser ce pan de l'histoire industrielle.

"Pour former un tulliste, c'est-à-dire la personne qui travaille sur la machine, qui surveille et règle le métier, il faut à peu près sept ans, confie Stéphane Capon. Ça reste une question inquiétante pour l'avenir de la dentelle. Il va falloir former des jeunes pour arriver à remplacer les personnels qui s'en vont en retraite"

Les professionnels de la dentelle comptent donc sur une reprise économique du secteur, pour accueillir à nouveau des apprentis.

Solenne Bertrand