BFM Lille

Lille: l'incendie dans l'église Saint-Pierre-Saint-Paul maîtrisé

Le préfet a jugé "possible" une origine accidentelle, relevant que "le feu est parti de la sacristie qui était fermée à clef" et "est attenante aux locaux électriques de l'église".

L'incendie qui s'est déclaré lundi dans l'église Saint-Pierre-Saint-Paul à Lille (Nord) a été maîtrisé par les pompiers dans la soirée. Les soldats du feu ont été alertés peu avant 20 heures pour un feu dans ce bâtiment de briques datant du XIXème siècle, implanté en plein cœur du quartier populaire de Wazemmes, jouxtant la place où se tient un marché très connu de la ville.

Le sinistre s'étendait au niveau de la toiture du bâtiment avant l'arrivée des pompiers, qui ont mobilisé au plus fort de l'intervention 53 soldats du feu, une vingtaine d'engins et actionné trois lances, selon le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis).

Aux alentours de minuit, "le foyer principal venait d'être éteint", et les secours devaient poursuivre leur intervention "encore quelques heures", recherchant les "points chauds, ou foyers résiduels, pour parer à tout risque de reprise d'incendie", a précisé le Codis.

"Vers minuit, malgré l'extinction du foyer principal, des vérifications étaient en cours à l'aide d'une caméra thermique et un drone", ont indiqué les pompiers sur Twitter. "Des rondes sont d'ores et déjà prévues cette nuit avant de nouvelles investigations (mardi) matin."

"Pas de risque d'effondrement"

Prenant la parole plus tôt, vers 21h30, le préfet Michel Lalande avait déjà indiqué que le feu était "sous contrôle", mais évoqué des craintes pour la charpente de la nef, alors que "des braises" s'échappaient de la toiture.

"Il n'y a pas de risque d'effondrement", ont finalement indiqué vers minuit les pompiers, qui allégeaient progressivement le dispositif d'intervention.

Une origine accidentelle envisagée

Dans l'attente d'une enquête judiciaire qui sera ouverte, le préfet a jugé "possible" une origine accidentelle, relevant que "le feu est parti de la sacristie qui était fermée à clef" et "est attenante aux locaux électriques de l'église".

Les dégâts constatés touchent "essentiellement la sacristie", a aussi relevé en milieu de soirée la maire socialiste Martine Aubry. L'église est celle "qui compte le plus de fidèles, au coeur de la ville", et avait "été totalement rénovée, les travaux se sont terminés en juillet dernier", a-t-elle noté.

Ces travaux ont inclus "une mise aux normes électriques", a détaillé l'archevêque de Lille, Laurent Ulrich, précisant que la sacristie était "bien fermée à clef" depuis la fin de l'après-midi. L'édifice avait été lourdement endommagé lors des deux guerres mondiales, avant de grands travaux de reconstruction dans les années 50.

M.D. avec AFP