BFM Lille

Deûlémont: l'usine Clarebout Potatoes va construire un deuxième congélateur, les habitants craignent des nuisances

Si le gouvernement belge a donné son feu vert pour la construction du bâtiment, le maire de la ville frontalière entend s'arranger sa voisine belge de Comines-Warneton pour déposer un recours.

Le bras de fer entre la ville de Deûlémont et Clarebout Potatoes dure depuis des années. Et c'est l'entreprise belge qui s'apprête à empocher la mise face à la ville frontalière. Le gouvernement belge a validé la construction d'un deuxième congélateur, situé à deux pas du premier. Les Deûlémontois s'y opposaient.

Ces derniers affirment subir depuis des années les nuisances sonores et olfactives de l'usine. "Une deuxième (usine) à côté... devant ce beau village rural, c'est un peu dommage, regrette Isabelle, riveraine. On va encore bétonner, bétonner, bétonner".

"Un très gros dossier"

Pour autant, le maire de Deûlémont ne s'avoue pas vaincu. "Nous sommes une collectivité française, donc si on dépose un recours en Belgique, il ne sera pas recevable, convient l'édile, Christophe Liénart. On peut redemander le soutien de la commune de Comines-Warneton (en Belgique, ndlr). Si elle a, elle, la possibilité d'un recours qui serait beaucoup plus efficace côté belge que côté français, on va se saisir de tout ça".

Pour les élus de Comines-Warneton, l'heure n'est pas encore à une action en justice. "Il faut encore approfondire l'étude du dossier, souligne Philippe Mouton, échevin en charge de l'écologie à Comines-Warneton. C'est un très gros dossier de plus de 250 pages. On a besoin de se pencher là-dessus".

Le gouvernement belge demande pour sa part, en échange du deuxième congélateur, des compensations écologiques et la création d'un comité d'accompagnement pour faciliter les contrôles. Clarebout Potatoes a d'ores et déjà annoncé s'opposer à ces contreparties.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions