BFM Lille

Coronavirus: l'obligation du port du masque étendue à toutes les communes du Nord

Zones denses, brocantes, marchés, espaces verts urbains, plans d'eau où la baignade est autorisée... de nombreux lieux sont désormais concernés par l'obligation de porter un masque dans le département pour faire face à la résurgence du virus.

Face à la résurgence de l'épidémie de coronavirus dans le département du Nord, la préfecture a décidé d'étendre à l'ensemble des communes l'obligation de porter le masque à compter de ce vendredi.

Le port du masque sera ainsi obligatoire:

- dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties des écoles, collèges et lycées, 15 minutes avant et après l’ouverture et la fermeture de ces établissements ;

- les marchés publics de plein air ;

- les digues et les promenades du littoral. Les plages du littoral sont exclues de cette obligation, la distanciation sociale doit cependant prévaloir ;

- les plages des lacs et plans d’eau autorisés à la baignade ;

- les galeries commerciales et espaces assimilés des grandes ou moyennes surfaces ainsi que leurs espaces de stationnement ;

- les brocantes, braderies, vides greniers et marchés aux puces de plein air ;

- les espaces verts urbains (parcs, jardins et espaces aménagés en bord de cours d’eau) ;

- sur proposition des maires concernés, des zones de centre-bourg et centre-ville commerçants caractérisées par une forte concentration du public.

Les indicateurs en hausse

La préfecture précise enfin que le port du masque est désormais obligatoire lors des "manifestations sportives ou festives rassemblant une forte concentration de population".

Cet arrêté préfectoral est notamment motivé par l'évolution du taux de positivité aux tests de dépistage observée dans le département. "Il s'établit à 3,1% au 15 août contre 2,4% la semaine précédente", précise la préfecture. Le taux d'incidence est lui aussi en hausse: il atteint désormais 27,8% contre 24,5% dans le département.

L'obligation du port du masque dans les lieux cités sera valable pendant un mois.

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions