BFM Lille

Coronavirus: comment la Belgique trace les cas contacts dans les bars et restaurants

Depuis jeudi, les gérants de bars et restaurants belges ont l'obligation de récolter les coordonnées de leurs clients pour pouvoir les alerter s'ils ont fréquenté le même établissement qu'une personne contaminée.

Pour pouvoir déguster un repas ou boire un verre en terrasse en Belgique, il faut désormais passer par la case coordonnées. Depuis jeudi dernier, tous les bars et restaurants de nos voisins sont en effet dans l'obligation de récolter les noms et numéros de téléphones des clients qui fréquentent leurs établissements.

Cette collecte d'informations personnelles, rendue obligatoire par le ministère de l'Intérieur belge, vise en effet à mieux tracer les cas contacts en cas de contamination au Covid-19.

Ainsi, si une personne contaminée fréquente un bar ou un restaurant, les clients présents au même moment dans l'établissement pourront être contactés par les autorités grâce aux coordonnées laissées. Une manière de freiner le nombre de cas en Belgique, qui a enregistré en moyenne 279 nouveaux cas par jour la semaine dernière, contre 163 la semaine précédente. La Belgique a d'ailleurs renforcé lundi les restrictions face à la hausse des cas.

"Ça ne me pose pas de problème"

En Belgique, la mesure semble globalement acceptée par les habitants, qui n'ont qu'à remplir une feuille avec leur numéro de téléphone ou leur adresse mail en arrivant dans un bar.

"Ça ne me pose pas de problème", assure l'un d'entre eux attablé en terrasse à Tournai. "Il faut avoir un suivi parce que pour le moment, ce n'est pas bon".

Certains gérants, comme Laeticia Ricart, qui exerce dans un restaurant de Menin, explique tout de même avoir parfois eu affaire à des clients réticents à communiquer leurs coordonnées.

"On a déjà eu des gens qui ont refusé, et on doit leur dire 'désolé, on ne peut pas vous servir'. Mais si on veut rester ouvert, il faut se tenir aux règles, c'est nécessaire", assure-t-elle.

Quid de la protection des données personnelles?

Avec cette nouvelle mesure se pose la question de la confidentialité et de l'utilisation des coordonnées des clients par les établissements où ils les déposent. Pour empêcher les dérives, les gérants doivent ainsi s'engager à détruire les informations de leur clients - conservées dans des enveloppes fermées - 14 jours après leur passage.

Sur le document fourni aux Belges lors de leurs arrivées dans des bars ou restaurants, il est par ailleurs précisé que les établissements ne peuvent en aucun cas utiliser leurs coordonnées à des fins marketing ou pour quelconque raison n'étant pas liée au contrôle de l'épidémie de Covid-19.

La Belgique n'est pas le seul pays à appliquer cette mesure. En Allemagne, les bars sont eux-aussi dans l'obligation de récolter ce type d'information pour mieux tracer les cas contacts. Dimanche, dans une interview donnée au Parisien, l'adjointe à la Santé à la mairie de Paris, Anne Souyris, s'est dite favorable à la mise en oeuvre d'un système similaire dans la capitale, où l'épidémie regagne du terrain.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions