BFM Lille
Grand Lille

Classement des villes étudiantes: Lille et Valenciennes reculent, Arras en progression

BFM Grand Lille et BFM Grand Littoral dévoilent ce jeudi le 16e palmarès des villes étudiantes du magazine L'Étudiant. Au total, 45 agglomérations ont été jugées selon une cinq critères différents, dont l'attractivité. Dans les Hauts-de-France, Lille et Valenciennes sont en recul, contrairement à Arras

Lille et Valenciennes en léger recul dans le classement des villes étudiantes en 2022, tandis qu'Arras progresse. Par rapport à l'année dernière, la métropole lilloise a reculé de deux places pour occuper la 17e place du classement établi par le magazine L'Étudiant.

Sur la même période, la commune de Valenciennes est également en baisse: de la 38e place l'année dernière, elle se retrouve à la 40e en 2022. Dans la région, seule Arras est en progrès et se hisse à la 32e place.

Sur le podium, Toulouse est numéro 1 pour la 3e année consécutive, suivie de Rennes et grande nouveauté, la ville de Strasbourg.

Le classement des villes étudiantes dans les Hauts-de-France.
Le classement des villes étudiantes dans les Hauts-de-France. © BFM Grand Lille

Le logement: point noir à Lille

Basé sur 16 indicateurs différents réunis dans cinq critères, le classement L'Étudiant met en valeur la vie étudiante (6e place, soit cinq places gagnées par rapport à 2021).

"À Lillle, l'un des points positifs est quand même que ça reste une métropole étudiante emblématique, déclare à Manon Pellieux, data journaliste chargée des classements au magazine L'Étudiant. Sur les dix dernières années, on a toujours une forte évolution du nombre d'étudiants qui viennent à Lille pour étudier."

Un autre atout de la métropole est d'avoir une offre culturelle "très développée", cependant à Lille le logement est le point noir de l'attractivité étudiante.

"Ce qui pêche un peu cette année, c'est le logement, poursuit-elle. Lille fait partie des trois villes où les tarifs des loyers augmentent le plus, en un an. On est à +48 euros pour un stutio dans la métropole. C'est quand même une forte augmentation."

De plus, la ville pâtit d'un manque de logements Crous. "On est à quatre lits Crous pour 100 étudiants, alors que les villes mieux dotées sont à douze lits pour 100 étudiants. Il y a aussi un effort à faire sur cette partie logement."

38e l'année dernière, Valencienne a perdu deux places. Une baisse que L'Étudiant explique notamment par le fait que d'autres villes "à peu près au même niveau" ont progressé.

"Valenciennes reste attractive pour les étudiants, pour tout ce qui est offre de formations et notamment du côté des prépas et des écoles qui font partie de la Conférence des grandes écoles, précise Manon Pellieux. Ça montre qu'il y a du dynamisme concernant les formations les plus sélectives."

Autres atouts de la ville, les transports et le logement. Depuis l'année dernière, les transports sont gratuits pour tous. "C'est la première ville de notre classement à avoir obtenu dix sur dix grâce à cette gratuité des transports", souligne Manon Pellieux.

Concernant les logements, "les loyers font partie des loyers les plus attractifs du classement, Valenciennes affiche des loyers relativement raisonnable par rapport aux autres villes", indique-t-elle.

Point fort d'Arras: la densité de l'offre de formation

En 34e position l'année dernière, Arras a gagné quelques points cette année pour se hisser 32e. Une remontée qui s'explique par plusieurs améliorations, de l'offre culturelle notamment, mais aussi grâce à de nombreux points fort, à commencer par les transports. "L'offre par rapport à toutes les autres villes du classement est quand même assez intéressante", admet Manon Pellieux.

"Les autres points forts d'Arras vont être la densité de l'offre de la formation, donc là on regarde le nombre de formations rapporté à la population et Arras est bien positionnée sur cet indicateur, explique-t-elle. Arras a aussi un taux de chômage les plus bas de notre classement."

Comment est établi ce classement ?

L’Étudiant a passé au crible 45 villes universitaires de plus de 8000 étudiants pour identifier celles où la qualité de vie est la meilleure pour étudier.  

Pour réaliser ce classement plusieurs indicateurs permettant de mieux cerner les besoins des étudiants ont été pris en compte :  

• Une offre de formation qualitative et suffisamment diversifiée 
• Des logements disponibles et abordables 
• Un réseau de transports en commun efficace et peu onéreux 
• Un programme culturel riche et varié 
• Un marché de l’emploi important et dynamique 
• Une ville attractive pour les étudiants européens du programme Erasmus 

Solenne Bertrand