BFM Lille

"Ce n'est pas le moment de lâcher": Martine Aubry salue le maintien du confinement

Si la maire de Lille se satisfait de l'évolution positive des indicateurs sanitaires dans sa ville, elle fait le choix de la prudence.

"Je crois que le Premier ministre a eu raison". Invitée de BFM Grand Lille ce vendredi matin, Martine Aubry, maire PS de Lille, a salué le maintien tel quel du confinement instauré deux semaines plus tôt par Emmanuel Macron.

"Bien sûr, on a une amélioration depuis une semaine grâce aux décisions de confinement", a concédé la maire de Lille, où le taux d'incidence s'élève à présent à 344 cas/100.000 habitants, contre 649/100.000 habitants dans la métropole.

Mais "je n'oublie pas qu'il y a une hospitalisation toutes les trois secondes en France et une entrée en réanimation toutes les trois minutes", a rappelé l'édile, en écho aux statistiques avancées par le Premier ministre.

"Je sais combien (le confinement) peut faire réagir, a-t-elle insisté, mais nous avons à éviter des morts, à soutenir nos hôpitaux et à défendre la possibilité de rouvrir début décembre pour les commerçants".

Il s'agit pour Martine Aubry de préserver "l'espoir de pouvoir avoir des fêtes de Noël en famille. Pas avec des grandes fêtes mais en famille".

Pas de renforcement des restrictions en vue

"Il faut continuer. Ce n'est pas le moment de lâcher la bride, a-t-elle encore ajouté, dans le prolongement des déclarations de Jean Castex, lequel a jugé qu'"il serait irresponsable de lever ou même d’alléger le confinement" dès maintenant.

Pas question toutefois de renforcer l'arsenal de restrictions à Lille, comme cela a pu être le cas à Roubaix dernièrement. "Le préfet n'a pas pensé utile que le couvre-feu soit appliqué à Lille, a-t-elle souligné, parce qu'à Lille nous contrôlons (...) Ce n'est pas un hasard si on est redescendu à 344, ce qui est pour une grande ville un score très bas dans le taux d'incidence. C'est aussi parce que les Lillois respectent".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions