BFM Business

1 Français sur 2 épargne moins de 50 euros par mois

Le taux d'épargne en France a atteint 14,3% au premier trimestre

Le taux d'épargne en France a atteint 14,3% au premier trimestre - PixaBay

En matière d’épargne, la France est coupée en deux. La moitié des Français n’arrive pas à mettre plus de 50 euros de côté chaque mois, quand l’autre moitié épargne plus, selon un sondage Odoxa pour RTL.

Sur le front de l’épargne, la France se divise en deux. 50% de Français mettent chaque mois de l’argent de côté, tandis que l’autre moitié dépense tout ce qu’elle gagne, ou ne parvient pas à mettre plus de 50 euros de côté. C’est ce qui ressort d’un sondage Odoxa pour RTL, qui en publie les résultats ce mercredi.

Ceux qui peuvent épargner, ce sont principalement les cadres. Un tiers d’entre eux font partie des 16% de la population qui parviennent à mettre plus de 200 euros par mois de côté. L’institut constate par ailleurs que l’épargne est un "marqueur social indélébile": si l’on n’arrive pas à mettre plus de 50 euros de côté entre 18 et 26 ans, on ne le peut toujours pas à 50 ans ou à plus de 65.

Une épargne de précaution

Autre enseignement l’étude: la raison pour laquelle les Français épargnent a changé. Ceux qui remplissent leur bas de laine ne le font pas en prévision d’un investissement, ou d’un événement familial. Leur épargne est devenue une "précaution en cas de coup dur", explique Gaël Sliman, le directeur d’Odoxa, à RTL.

"La collecte globale atteint une sorte de record depuis la crise financière, expliquait Alain Tourdjman, directeur d'études économiques au sein du groupe bancaire BPCE en juillet dernier. En cause : "on continue à avoir des incertitudes majeures sur le long terme en France, un peu moins sur le chômage, mais toujours autant, voire plus, sur les retraites, le niveau de vie à long terme, la façon dont pourront vivre les enfants ou les petits-enfants".

Du coup, cet argent dort sur les comptes épargne des Français, avec un poids total de 390 milliards d’euros selon la banque de France. Dans un pays qui mise sur la croissance par la consommation, c’est un problème pour faire tourner l’économie.

Nina Godart