BFM Business

Un avocat japonais de Carlos Ghosn se dit compréhensif, après s'être senti "trahi"

Carlos Ghosn face à la presse ce mercredi.

Carlos Ghosn face à la presse ce mercredi. - BFMTV

Affirmant qu'il n'était pas au courant des plans de fuite de son client, l'un des avocats japonais de Carlos Ghosn a dit s'être senti trahi avant de se montrer compréhensif en se rappelant comment l'ancien PDG de Renault-Nissan "était traité par le système judiciaire" nippon.

Un avocat japonais de Carlos Ghosn a confié ce samedi s'être d'abord senti "trahi" par la fuite de son client au Liban, avant de comprendre son geste, provoqué selon lui par l'extrême sévérité du système judiciaire nippon. "J'ai d'abord été en proie à une forte colère. Je me sentais trahi" a écrit Takashi Takano sur son blog, assurant qu'il n'avait rien su des plans de fuite de son client.

"Mais la colère a cédé la place à autre chose quand je me suis rappelé comment il était traité par le système judiciaire du pays", a-t-il ajouté. "Je peux facilement imaginer que si d'autres personnes avec des moyens financiers, des relations et la capacité d'agir vivaient la même expérience, elles feraient la même chose ou du moins l'envisageraient", a-t-il encore poursuivi.

Ancien patron de Renault et Nissan, Carlos Ghosn a fui dimanche dernier le Japon, où il était en liberté sous caution, après 130 jours de prison dans l'attente de son procès pour diverses malversations financières présumées. Depuis fin avril 2019, le Franco-libano-brésilien vivait en résidence surveillée à Tokyo, dont il pouvait toutefois s'absenter pour trois jours maximum sans autorisation spéciale de la justice. Il lui était en revanche formellement interdit de quitter le pays.

Il n'avait pas non plus le droit d'accéder à internet, sauf dans les bureaux de ses avocats. Les juges lui interdisaient par ailleurs de voir ou contacter son épouse Carole, ce que Takashi Takano considérait comme une "punition" visant uniquement à le démoraliser.

Les circonstances de la fuite toujours floues

En quittant le Japon, "je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l'homme sont bafoués", a lancé mardi le magnat automobile déchu.

Depuis des années des organisations de défense des droits de l'homme comme Amnesty International critiquent également le système judiciaire nippon, basé selon eux sur la répétition des interrogatoires pour que l'accusé finisse par craquer.

Les circonstances de la fuite au Liban de Carlos Ghosn demeurent encore très floues. Il est soupçonné d'être monté dans un jet privé à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka (ouest), pour aller jusqu'à Istanbul, d'où il a ensuite rallié Beyrouth avec un autre appareil.

P.L avec AFP