BFM Eco

Covid-19: Sanofi France assure que le vaccin ne sera pas réservé aux Etats-Unis si l'UE est "aussi efficace"

Alors que son PDG avait laissé entendre que les Américains seraient prioritaires en cas de découverte d'un vaccin contre le Covid-19, le patron de Sanofi France assure sur BFMTV que les Européens y auront droit en même temps si l'UE est aussi efficace.

Sanofi rétropédale. Alors que le PDG du groupe avait annoncé ce mercredi qu'en cas de découverte d'un vaccin, les Américains seraient prioritaires, le patron de la filiale française assure sur BFMTV que ce ne sera finalement pas le cas.

"Si on découvre un vaccin, il sera accessible à tout le monde, les Américains et les Européens l'auront en même temps", assure Olivier Bogillot. Le propos de Paul Hudson (NDLR. le PDG de Sanofi) a mal été compris, il interpellait juste l'Union Européenne pour qu'elle soit efficace. Pour moi le débat est clos: le vaccin, s'il est découvert sera mis à disposition des patients français."

L'affirmation du PDG du groupe français a suscité un tollé dans la classe politique. Ce jeudi matin la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher jugeait "inacceptable qu'un accès privilégié soit accordé à un autre pays."

Le patron France de Sanofi reconnaît que les Etats-Unis ont aidé le groupe financièrement à développer le vaccin. 

"Il est vrai qu'on a commencé un travail très tôt avec le gouvernement américain qui nous a versé plusieurs centaines de millions d'euros, précise Olivier Bogillot. Et la réglementation spécifique aux Etats-Unis nous permettrait de le mettre vite sur le marché."

Le patron de Sanofi France appelle implicitement les institutions européennes à assouplir leur réglementation en matière de vaccin.

Le vaccin n'a cependant pour l'heure pas encore été découvert. Mais Olivier Bogillot se veut confiant.

"L'enjeu n'est pas de savoir si on va trouver un vaccin, nous le ferons et nous ne serons pas les seuls d'ailleurs, l'enjeu sera d'en produire des millions voire des milliards de dose", explique le patron de Sanofi France.

Le laboratoire français précise qu'il est actuellement en phase de test in vitro ainsi que sur des animaux. Il espère pouvoir tester le vaccin sur des humains d'ici la fin de l'année.

18 mois au lieu de 10 ans

"Développer un vaccin ça prend dix ans en temps normal, là on le fait en 18-24 mois, explique Olivier Bogillot. Nous essayons d'accélérer toutes les phases y compris l'achat de matière première, de seringues, de flacons."

Actuellement 70 vaccins contre le Covid-19 sont en cours de développement dans le monde. Les premiers ne devraient pas être disponibles auprès du grand public avant le milieu de l'année 2021. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco