BFM Eco

Retraites: Martinez veut que "d'autres professions entrent dans le mouvement"

Philippe Martinez.

Philippe Martinez. - Damien Meyer AFP

Se réjouissant du regain de mobilisation à la SNCF ce jeudi, le secrétaire général de la CGT a appelé les "autres professions" à entrer dans le mouvement contre la réforme des retraites. Il assure que "la détermination" des grévistes "est toujours aussi grande".

La détermination des opposants à la réforme des retraites "est toujours aussi grande", a affirmé ce jeudi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, son homologue de FO, Yves Veyrier, appelant à nouveau à "abandonner le projet" avant le départ de la manifestation parisienne au 43e jour de mobilisation.

Estimant qu'après les transports, "il faut (...) que d'autres professions entrent dans le mouvement", Philippe Martinez s'est réjoui du fait que "le nombre de grévistes, y compris à la SNCF, rebondit parce qu'il y a des temps forts". Le taux de grévistes à la SNCF est remonté jeudi à 10,1% après 4,7% mercredi.

"Il n'est jamais trop tard pour faire céder le gouvernement"

"Quand est-ce que le gouvernement va écouter les grévistes, les salariés et l'opinion publique qui, semaine après semaine et malgré tout ce qu'on peut dire de mal sur les grévistes, restent déterminés?", s'est interrogé le leader cégétiste, pour qui "il n'est jamais trop tard pour faire céder un gouvernement".

"Mettons ce projet de loi définitivement de côté, abandonnons-le, revenons à la table des négociations", a exhorté pour sa part le secrétaire général de FO, Yves Veyrier, qui a tenu à "saluer ceux et celles qui se sont mis en grève, qui ont reconduit la grève avec un nombre important de jours qui vont se déduire des jours de paye". "On ne va pas lâcher l'idée qu'il faut éviter ce régime unique par points", a-t-il insisté 

Jeudi marque, outre le 43e jour de grève dans les transports, la 6e journée interprofessionnelle de grèves et manifestations contre le projet de réforme des retraites dans toute la France à l'appel de l'intersyndicale CGT-FO-CFE-CGC-FSU-Solidaires. Une autre journée est déjà programmée pour le 24 janvier, jour de l'examen du texte en conseil des ministres.

P.L avec AFP