BFM Business

Rendre le vaccin obligatoire pour voyager n'est pas une idée "ébouriffante" pour le PDG d'ADP

Le principe du vaccin obligatoire pour prendre l'avion commence à faire son chemin. Augustin de Romanet, PDG du Groupe ADP, rappelle sur BFM Business que ce processus existe déjà.

Pour prendre l'avion, faudra-t-il à l'avenir montrer patte blanche concernant le vaccin contre le Covid-19? Certaines compagnies aériennes ont déjà commencé à l'exiger, à l'image de Qantas. L'association internationale du transport aérien (IATA), regroupant 240 compagnies aériennes, y est également favorable. L'idée d'un "passeport Covid" fait son chemin. 170 aéroports internationaux seraient prêts à reconnaître une application permettant de recenser les vaccins et les tests effectués par le passager.

"La décision de rendre un vaccin obligatoire est une décision des Etats", explique Augustin de Romanet, PDG du Groupe ADP, invité sur Good Morning Business ce mardi.

Je ne sais pas si le vaccin sera rendu obligatoire mais sur le principe ça ne me paraît pas ébouriffant, détaille le PDG du premier groupe aéoportuaire du monde. Aujourd'hui, pour voyager en Tanzanie, on vous impose le vaccin contre le paludisme. Donc l'idée même qu'un voyage soit conditionnné à un vaccin, ce n'est pas une idée étrangère à notre société et ce, bien avant le Covid."

Reste à savoir si cette obligation serait une bonne nouvelle ou non pour le secteur à l’agonie, qui table sur 84 milliards de dollars de pertes et sur près d’un million de destructions d’emplois directs et indirects cette année. Le vaccin obligatoire pourrait permettre de considérer ce mode de transport comme sécurisé, puisque tous les passagers seront vaccinés.

Il est en effet possible que le fait que le vaccin soit rendu obligatoire accélère le retour de la connectivité", concède Augustin de Romanet.

Pas de retour à la normale avant 2024-2025

La suspension des liaisons aériennes avec la Grande-Bretagne en raison de la découverte d'une souche mutante du Covid-19, met un nouveau coup d'arrêt au secteur. Mais depuis la fin du second confinement, et l'autorisation de voyager, le groupe ADP observe un rebond.

Depuis le 15 décembre et jusqu'au 20 janvier, nous avons beaucoup plus de trafic qu'auparavant. Au mois de novembre nous avions 12% du trafic habituel, et sur la journée d'hier, c'était le bonheur. A Orly nous avions 42% du trafic habituel et à Charles de Gaulle, 19%", détaille le PDG d'ADP.

Des chiffres qui restent bas. "Le retour à la normale sera peut être pour 2024-2025", avance Augustin de Romanet. Selon lui, les plus pessimistes verraient même encore plus loin.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech