BFM Eco

Réforme des retraites: la CGT Cheminots souhaite que "d'autres secteurs" rejoignent la grève

Le secrétaire général de la CGT Cheminots appelle sur BFMTV l'ensemble des secteurs à se mobiliser à la rentrée pour protester contre la réforme des retraites. Il assure que les syndicats réussiront à remobiliser et estime que la "stratégie de pourrissement" du gouvernement est "un échec".

L'intersyndicale maintient la pression. Après avoir appelé à la mobilisation le 9 janvier, elle prévoit une nouvelle journée d'actions le 11 pour afficher sa "volonté d'étendre le mouvement" contre la réforme des retraites et pour dire "à tous les salariés que la grève ne peut pas reposer que sur les cheminots et la RATP", a expliqué ce samedi sur notre antenne le secrétaire général de la CGT Cheminots, Laurent Brun.

"Il faut vraiment que ça s'étende. Il y a l'énergie, les professeurs vont être dans la bataille. Il faut que d'autres secteurs entrent dans cette bataille pour marquer le fait que la population rejette cette réforme", a-t-il ajouté.

Malgré un taux de grévistes en baisse à la SNCF, Laurent Brun assure que la CGT poursuit "le travail sur le terrain pour remobiliser les collègues à la rentrée". "À partir de lundi, pour les autres entreprises, nous allons distribuer des tracts, diffuser de l'information de manière à mobiliser les salariés des autres branches", a-t-il précisé.

"Nous allons réussir à remobiliser"

Après cinq semaines de grève, le secrétaire général de la CGT Cheminots juge normal qu'il y ait un "effritement". Pour autant, il estime que les grévistes "ont passé les fêtes avec succès" et que la "stratégie de pourrissement" du gouvernement est "un échec". Selon lui, les déclarations d'intention de faire grève témoignent d'une nouvelle "montée en puissance" du mouvement "jusqu'au 9 janvier".

"Nous pensons que nous allons réussir à remobiliser malgré le fait que nous sommes dans la cinquième semaine de grève", a-t-il martelé. 

D'autant que la population semble toujours soutenir le mouvement. "Quand je vois que l'opinion publique confirme le fait que, très majoritairement, à deux tiers contre un tiers, elle est favorable au conflit et hostile à la réforme et que 75% des Français demandent au gouvernement de modifier en profondeur ou de retirer son projet, je pense que l'irresponsabilité vient du gouvernement", a déclaré Laurent Brun. Et de conclure:

"Je serais lui, je n'attendrais même pas la démonstration du 9 qui va être une démonstration énorme de mobilisation pour retirer ce projet."
Paul Louis