BFM Business
Economie

Plan de résilience: ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Le gouvernement a présenté ce mercredi son "plan de résilience" pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine, qui entraîne la flambée des prix de l'énergie et des matières premières.

Pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine, le gouvernement a dévoilé ce mardi le “plan de résilience”, en préparation depuis plusieurs semaines. Le premier ministre Jean Castex a détaillé plusieurs mesures pour limiter "à très court terme" l'impact sur les entreprises et les ménages de ce conflit qui entraîne la flambée des prix de l'énergie et des matières premières.

> La remise de 15 centimes étendue au gaz naturel et au GPL

La remise de 15 centimes sur un litre de carburant sera finalement étendue au gaz naturel et au GPL, a annoncé Jean Castex. Pour rappel, ces deux carburants étaient initialement exclus de cette aide qui entrera en vigueur le 1er avril pour quatre mois, afin de limiter les conséquences de la hausse des prix des carburants qui s'est accélérée depuis le début de la guerre en Ukraine.

Le Premier ministre redemande aux distributeurs d'"aller au-delà" de cette remise.

Le gouvernement a décidé d'une aide spécifique aux pêcheurs. Car la hausse des prix des carburants les affecte directement, cette dépense représentant "parfois les deux tiers de leurs charges", note le Premier ministre.

Cette aide équivalente à 35 centimes par litre de gazole de pêche sera disponible dès ce jeudi, pour que "tous les bateaux puissent reprendre la mer au plus vite", affirme Jean Castex.

> Aide pour les entreprises énergivores

L'Etat va aussi aider les entreprises très consommatrices d'énergie pour compenser les surcoûts engendrés par la flambée des cours depuis le déclenchement la guerre en Ukraine.

Cette aide bénéficiera aux entreprises dont les dépenses de gaz et d'électricité représentent "au moins 3% de leur chiffre d'affaires, et qui pourraient faire des pertes sur 2022" à cause de la hausse des prix.

Concrètement, cette aide permettra "la prise en charge de la moitié du surplus de leurs dépenses énergétiques", a détaillé Jean Castex. L'Etat estime le coût de cette mesure à environ 3 milliards d'euros.

Les entreprises industrielles sont particulièrement concernées. Certaines activités agricoles pourront aussi solliciter cette aide. "Nombreuses sont les entreprises qui remplissent ce critère de 3%", affirme Julien Denormandie, le ministre de l'Agriculture.

Le ministre de l'Economie Burno Le Maire a annoncé un nouveau prêt garanti par l'Etat (PGE) disponible dès début juillet, qui prendra le relai du précédent.

Ce prêt garanti par l'Etat, destiné aux entreprises très impactées par la crise en Ukraine, sera disponible jusqu'à la fin de l'année. Il pourra atteindre 10% du chiffre d'affaires d'une entreprise. "Nous allons travailler sur les modalités de ce nouvel outil dans les heures et les jours qui viennent", a précisé Bruno Le Maire.

D'ici là, le plafond des PGE passe de 25% à 35% jusqu'à la fin du mois de juin.

> Agriculteurs

Les agriculteurs sont particulièrement affectés par l'envolée des coûts de l'alimentation animale. C'est pourquoi le gouvernement a décidé d'une aide "transitoire pour une période de 4 mois" afin de compenser les pertes liées à la hausse des prix de l'alimentation. Une enveloppe de 400 millions d'euros sera débloquée en ce sens.

Pour rappel, les entreprises agricoles qui remplissent les critères sont aussi éligibles à l'aide pour les entreprises énergivores.

Le gouvernement a aussi décidé de subventionner les entreprises pour les aider à moins dépendre de certaines matières premières critiques venant de Russie comme le titane, le palladium ou encore le néon, a annoncé Bruno Le Maire.

"Nous allons donc lancer un appel à projets pour subventionner jusqu'à la fin de l'année, à hauteur de 15% pour les grands groupes et 35% pour les petites entreprises, les projets qui permettraient de réduire la dépendance aux produits venus de Russie", a-t-il dit.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil avec AFP Journaliste BFM Tech