BFM Business

Moscou annonce la création d'une unité de chars robotisés

Moscou crée une unité de robots terrestre composée de 20 chars autonomes Uran-9

Moscou crée une unité de robots terrestre composée de 20 chars autonomes Uran-9 - Wikipedia

Moscou multiplie les annonces d'armes futuristes. Après un chasseur autonome et une torpille drone nucléaire, le ministre de la Défense russe annonce la création d'une unité de chars robots.

La guerre du futur n'en finit plus de se préparer dans les airs, sur mer mais aussi sur terre. Et la Russie semble vouloir prendre de l'avance face aux Etats-Unis. Le 9 avril dernier, lors de la visite d'une usine de fabrication de véhicules autonomes à Nakhabino près de Moscou, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choigu, a annoncé la création d'une unité de cavalerie totalement robotisée.

Ce projet, dévoilé par l'agence Tass s'appuie sur l'Uran-9 un engin blindé dont les tests auraient démarré en Syrie en 2018. Le nouveau régiment se compose de cinq groupes composés de quatre véhicules chacun.

"Comme le chef d'état-major principal de l'armée Vasily Tonkoshurov l'a rapporté au ministre de la Défense, la première unité avec des robots de frappe sera mise en place dans les forces armées russes pour faire fonctionner cinq systèmes robotiques Uran-9 ou 20 véhicules de combat", a précisé Sergueï Choigu.

Ces engins chenillés de 12 tonnes disposent d'une force de frappe redoutable. Ils sont armés d'un canon de 30 millimètres, de missiles antichars Ataka, de lance-flammes Shmel et d'une mitrailleuse de 7,62mm. L'Uran-9 peut aussi effectuer des missions de renseignements.

Un radar anti-missiles hypersoniques

Les Uran-9 se déplacent de jour comme de nuit et dans toutes les conditions en mode autonome. Ils sont pilotés à 3 kilomètres de distance par des opérateurs qui décident de déclencher les tirs. Mais leur déplacement peut se faire sans intervention humaine. Equipés de capteurs et connectés à des satellites, les chars analysent le terrain qu'ils ont à couvrir en évitant les obstacles.

Pour piloter ces engins, "une unité expérimentale est en cours de création dans les locaux de l'un des centres de recherche scientifique du ministère de la Défense", a indiqué le ministre de la Défense.

Depuis quelques semaines, Moscou multiplie les annonces d'armes technologiques offensives ou défensives. En février, Moscou a présenté la version définitive du Sukhoi Su-57, un avion autonome ultra rapide, furtif et doté de missiles hypersoniques. La Russie a aussi démarré les tests dans l'Arctique d'une torpille nucléaire qui serait capable de déclencher des raz-de-marée radioactifs.

Elle a aussi annoncé aujourd'hui, via l'agence Tass, la mise en service d'ici la fin de l'année, toujours dans l'Arctique, du Rezonans-N, un radar capable de détecter des missiles hypersoniques. Basé à 30 km de la frontière russo-norvégienne, il assurera, selon le directeur général du Centre scientifique et de recherche Rezonans, Alexander Shramchenko, "un contrôle 24 heures sur 24 de l'espace aérien au-dessus des régions du nord de la Norvège et de la Finlande".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco