BFM Business

Le blocage du canal de Suez ravive les appétits pour la fameuse route arctique

Un porte-conteneur battant pavillon panaméen s'est mis en travers empêchant toute navigation dans le canal de Suez. Un incident qui met en lumière le très fort trafic maritime dans la région et la nécessité d'ouvrir de nouvelles voies. Beaucoup convoitent notamment la route du nord-est.

Un seul canal vous manque et tout est embouteillé. Coincé en travers du canal de Suez, un énorme porte-conteneur bloque depuis mercredi une des principales routes maritimes du monde, carrefour entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe. Une situation qui pourrait durer plusieurs semaines et qui met de nouveau en lumière un serpent de mer de la navigation mondiale : la route du nord-est.

Cette route qui longe les côtes de la Russie jusqu'au détroit de Béring présente, sur le papier de nombreux avantages par rapport aux routes actuelles: 30% de gain de distance entre les ports chinois et européens, 40% de gain de temps et donc 30% de gain de coûts d'exploitation.

Dans une série de tweets, l'agence nucléaire russe Rosatom a d'ailleurs profité de l'incident à Suez pour vanter le passage arctique.

Depuis plusieurs années, la Chine aimerait d'ailleurs en faire une de ses fameuses routes de la soie.

Des obstacles qui refroidissent

En réalité, la situation est plus compliquée. Si elle est aujourd’hui majoritairement empruntée par les navires russes chargés de gaz naturel liquéfié, l’arrivée massive de porte-conteneurs n'est pas encore pour demain.

Premier obstacle, elle comporte peu de ports refuges en eau profondes. Surtout, la plupart des ports ne sont ouverts que quelques mois par an, en été. Le reste du temps, ils ont pris par les glaces.

Car c'est bien le principal problème. Le climat et l'éloignement ne sont pas propices à la navigation. Une escorte de brise-glace est souvent nécessaire pour circuler en mer de Sibérie et même dans ce cas, la largeur du chenal qui est créé n'excède pas 30 mètres. Impossible donc de faire passer juste derrière un porte conteneur de 50 mètres de large.

Le changement climatique pour changer la donne?

Ensuite, certains moyens de communication comme la constellation de satellites Iridium, ne fonctionnent pas dans la zone arctique, même si de nouveaux essais devraient rapidement changer la donne. Dernier obstacle pour les entreprises concernées: ces zones polaires ne sont pas - ou mal - couvertes par les assurances.

Reste que le changement climatique pourrait finir par changer la donne. En février dernier, le satellite d'observation européen Sentinel 2 a relevé la quantité de glace du détroit, affichant une étendue et une épaisseur les plus fines enregistrées ces 40 dernières années. Au milieu, un brise-glace convoyant du gaz naturel trace sa route. Une première pour un mois de février.

Thomas Leroy avec Jean-Baptiste Huet