BFM Business

Les magasins de vêtements dans le rouge en janvier à cause du Covid

Selon l'Alliance du commerce, les enseignes du textile-habillement commencent l'année 2021 dans la crise. Le chiffre d'affaires moyen recule de 20% et la fréquentation de 40%.

Selon l'Alliance du commerce, les enseignes du textile-habillement commencent l'année 2021 dans la crise. Le chiffre d'affaires moyen recule de 20% et la fréquentation de 40%. - Thomas COEX / AFP

L'année 2021 commence très mal pour les enseignes du textile-habillement. Selon l'Alliance du commerce, en janvier, le chiffre d'affaires était en baisse de 20% et la fréquentation, de 40%.

Après une année 2020 difficile à cause de la crise sanitaire, 2021 s'annonce déjà mal pour le secteur de la mode. Selon l’Alliance du Commerce, le chiffre d'affaires des enseignes du textile-habillement était en baisse de 20% en janvier et la fréquentation des magasins, de 40%, relate LSA.

En cause notamment, le décalage des soldes d'hiver de deux semaines, du 6 au 20 janvier. Mais même en comparant les premiers jours de soldes de 2020 à ceux de 2021, le bilan est mauvaix avec activité en "baisse de 19,2% et une fréquentation en baisse de 36,7%".

C'était sans compter l'annonce survenue début février de la fermeture des magasins de plus de 20.000 m2 et donc, de la plupart des centres commerciaux et de quasi toutes les enseignes qui y sont installées. Au total, près de 400 centres ou magasins sont concernés par la mesure, soit 25.000 commerces.

Face à ces chiffres, l'Alliance du commerce réclame au gouvernement "d’indemniser les enseignes et grands magasins pour les pertes engendrées par la fermeture de leurs points de ventes dans les espaces commerciaux de plus de 20.000 m² durant le mois de février".

Elle demande que soient pris "en charge le coût des loyers et des charges dus par les entreprises". Début février, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a confirmé que les loyers seraient pris en charge et que les commerces "auraient accès au Fonds de solidarité [...] à la prise en charge de 70% de leurs charges fixes, au chômage partiel et à l'exonération de charges".

Demande de prise en charge des congés payés

L'Alliance du Commerce réclame aussi l'allongement du remboursement des prêts garantis par l'Etat (PGE) jusqu'à dix ans, contre six actuellement, et la "prise en charge des jours de congés pour les commerces fermés". Car fin février, les points de vente concernés "auront été fermés durant quatre mois depuis le début de la crise" et "les salariés auront ainsi cumulé 10 jours de congés payés sur cette période".

"Cette indemnisation déjà proposée pour les secteurs les plus impactés par la crise permettra aux salariés d'exercer leurs droits à congés payés tout en soulageant les entreprises du poids de la trésorerie", écrit l'Alliance du Commerce.

Depuis le début de l'année, seuls les commerces situés dans des zones d’activités commerciales et s'en sortent mieux et font mieux "moins pire", avec une baisse de fréquentation de 24%. En 2020, plus de 7000 emplois ont été supprimés et des milliers de points de vente ont fermé à cause de la crise.  

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech