BFM Business

Les discothèques, grandes oubliées du déconfinement

Une discothèque de Dortmund en mars dernier (Photo d'illustration)

Une discothèque de Dortmund en mars dernier (Photo d'illustration) - Ina FASSBENDER

Le calendrier du déconfinement présenté jeudi par Emmanuel Macron ne prévoit pas la réouverture des discothèques. Les professionnels du secteur s'inquiètent et s'estiment ostracisés.

Le calendrier du déconfinement tant attendu a été dévoilé jeudi soir par Emmanuel Macron à la presse régionale. Le couperet est tombé. Au 30 juin, tout aura rouvert, à l'exception des discothèques. Le gouvernement a prévu de permettre l'accès à certains événements en intérieurs sous condition de présenter le pass sanitaire, mais les discothèques ne sont pas concernées.

Les professionnels de la nuit craignent de passer un deuxième été blanc. Selon l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, 10% des établissements ont déjà déposé le bilan en un an. Il resterait moins de 1500 clubs en France.

Le calendrier du déconfinement
Le calendrier du déconfinement © BFMTV
"Il y a eu une deuxième vague puis une troisième vague et pourtant, les clubs étaient fermés. On ne peut pas les tenir pour responsables. Je ne comprends pas aujourd'hui pourquoi les clubs sont ignorés, alors qu'ils ont participé à l'effort collectif pour sortir de cette crise", déplore sur BFMTV Jean Roch, fondateur d'une boîte de nuit.

Quelles solutions pour l'avenir

Pour éviter la faillite, le Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs (SNDLL) a proposé un plan d'action de 14 pages, disponible sur son site internet. Il réclame notamment le maintien des aides après la réouverture et l'allongement de la durée des prêts garantis par l'Etat (PGE).

Autre solution: respecter un protocole strict, comme le proposent d'autres villes à l'image de New York, pour permettre la réouverture. Ou encore, autoriser les clubs à ouvrir leurs espaces extérieurs, tout en soutenant financièrement ceux qui ne peuvent pas le faire, reprenant ainsi les modalités du dispositif d'aides accordées au restaurants.

"Les mairies nous aident beaucoup. C'est au niveau du gouvernement et des préfectures que ça doit bouger. Il faut absolument trouver une solution pour ceux qui n'ont pas d'espace extérieur, qui sont des puristes de la profession avec des clubs fermés, afin de leur permettre de continuer à exister et de survivre. Trop de clubs ont disparu. Si le gouvernement ne fait pas quelque chose, il n'y aura plus de métier de nuit, il n'y aura plus de discothèques", assure Jean Roch.
https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech