BFM Eco

Le TGV Paris-Strasbourg repassera à 1H50 pour relier les deux villes dès la rentrée, promet la SNCF

Depuis l'accident du 5 mars, qui avait vu l'avant d'un TGV Colmar-Paris sortir des rails sans se renverser, les trains empruntent la ligne TGV classique, ce qui met Strasbourg à environ deux heures et demie de Paris, contre moins de 1H50 en LGV.

Depuis l'accident du 5 mars, qui avait vu l'avant d'un TGV Colmar-Paris sortir des rails sans se renverser, les trains empruntent la ligne TGV classique, ce qui met Strasbourg à environ deux heures et demie de Paris, contre moins de 1H50 en LGV. - Eric Piermont

La ligne à grande vitesse (LGV) qui relie Paris à Strasbourg devrait être remise en service en septembre. Des travaux de remise en état des rails ont lieu à la suite de l'effondrement d'un talus qui a fait dérailler un TGV début mars 2020. Actuellement, les trains mettent 2h30 entre les 2 villes au lieu d'1h50.

Les voyageurs qui circulent entre Paris et Strasbourg (et vice-versa) devront patienter la rentrée 2020 pour voir la LGV relier à nouveau en 1H50 les deux villes.

"Nous sommes en cours de réparation avec des entreprises spécialisées. Les travaux prennent un peu de temps. Je pense qu'on sera prêt à la rentrée, je ne peux pas vous dire encore la date exacte", a déclaré le patron de la SNCF, interrogé à l'occasion d'une visite de la gare de Strasbourg.

"Il faut patienter un petit peu, mais c'est un sujet de sécurité, il faut que les choses se fassent sérieusement et les travaux correctement pour pouvoir rouvrir en toute sécurité cette ligne à la rentrée", a ajouté Jean-Pierre Farandou. SNCF Réseau n'a pas donné plus de détails sur l'actuelle avancée des travaux.

Le 5 mars 2020, un TGV Colmar-Paris avait déraillé sans se renverser

Depuis l'accident du 5 mars 2020, qui avait vu l'avant d'un TGV Colmar-Paris sortir des rails sans se renverser, les trains reliant l'Alsace à Paris empruntent la ligne TGV classique, ce qui met Strasbourg à environ deux heures et demie de Paris, contre moins de 1H50 en LGV.

L'accident, provoqué par l'effondrement d'un talus de terre qui surplombait les rails, avait blessé gravement le conducteur et légèrement une vingtaine de personnes, victimes de contusions ou choquées psychologiquement. L'enquête ouverte après l'accident "suit son cours", a indiqué Jean-Pierre Farandou

F.B avec AFP