BFM Business

Le reconfinement sera 30 à 60% moins sévère pour la croissance que celui de mars

Euler ne table que sur 6% de croissance en France l'an prochain

Euler ne table que sur 6% de croissance en France l'an prochain - Reuters-Dado Ruvic

En revanche, selon Euler Hermes, la reprise attendue au premier trimestre prochain devrait être plus modérée que prévue.

Avec plus de secteurs actifs et des salariés au travail, tout porte à croire que le reconfinement décidé dans plusieurs pays d'Europe et notamment la France sera moins pénalisant pour la croissance et l'économie.

Une étude d'Euler Hermes évalue d'ailleurs cet impact dans la zone euro pour la croissance du 4e trimestre: il sera 30 à 60% moins sévère que celui constaté au printemps dernier.

Pour la France, ce reconfinement "devrait tout de même amputer l’activité française de -16% (contre -30% lors du premier confinement)".

"Cet impact plus modéré provient du fait que ce nouveau confinement sera moins strict, avec moins de secteurs d’activités interrompus et des écoles restant ouvertes", avance le cabinet d'études.

Reprise décalée

"En revanche, la reprise attendue au T1 2021 devrait être plus modérée que prévue, car les gouvernements pourraient être moins enclins que l’été dernier à assouplir rapidement les mesures sanitaires post-confinement", poursuit-il rejoignant ainsi les prévisions revues à la baisse de la Commission européenne pour la croissance 2021.

Pour autant, alors que Bruxelles évoque des espoirs "anéantis" de rebond rapide de la croissance à cause de la deuxième vague de coronavirus, Euler Hermes estime que "la reprise économique en zone euro sera décalée, mais pas annihilée".

"La croissance de la zone euro au T4 2020 se contractera de -4,1%, et elle atteindra ainsi -7,6% pour l’ensemble de l’année 2020. Un rebond timide est attendu au T1 2021, de +1,9%. Cette reprise devrait se confirmer au fur et à mesure de l’année: l’espoir qu’un vaccin soit trouvé dans le courant du second semestre aidera à soutenir ce nouvel élan de croissance positive", peut-on lire.

Euler Hermes table sur une croissance de +4,1% en 2021 (contre 4,2% pour la Commission). "Toutefois, cela ne suffira pas pour retrouver les niveaux de 2019, et le risque de hausse des défaillances d’entreprises, de hausse du chômage et de pression sur le secteur bancaire en zone euro persistera durant toute l’année prochaine".

Retour à la normale pas avant le 1er trimestre 2023

Concernant la France, comme le FMI, Euler ne partage pas l'objectif de rebond de +8% en 2021 avancé par le gouvernement. Il estime que les mesures sanitaires resteront strictes en janvier et février, avant un éventuel assouplissement en mars.

"L’activité économique française devrait donc rebondir modérément, avec une croissance attendue à +3,4% au T1 2021. Cette reprise deviendra plus solide au second semestre, sous l’impulsion du stimulus fiscal de 100 milliards d'euros appliqué par l’Etat et la perspective d’une campagne de vaccination qui soutiendra le rétablissement de la confiance dans l’économie en plus de réduire les perturbations de l’activité. In fine, la croissance économique française devrait atteindre +6,2% en 2021".

Du coup, ce rebond ne sera pas suffisant pour revenir aux niveaux d’avant-crise qui selon Euler ne sera pas possible avant le premier trimestre 2023.

"La seconde vague de l’épidémie laissera des traces sur l’économie française, et les pertes sont déjà lourdes pour de nombreux secteurs (tourisme, hôtellerie-restauration, loisirs, transports, commerce de détail). Afin de limiter l’impact, le gouvernement français a instauré de nombreux plans de soutien étatique, et de nouvelles mesures pourraient arriver courant 2021. Ainsi, Euler Hermes estime que la dette publique française se creusera à 117,5% du PIB en 2020, et à 120% du PIB en 2021 (contre 98% du PIB en 2019)".

dossier :

Reconfinement

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business