BFM Business

Le Canada se dote d'un ministère de la "Prospérité de la classe moyenne"

Le nouveau gouvernement de Justin Trudeau

Le nouveau gouvernement de Justin Trudeau - Chris Wattie / AFP

Après avoir obtenu un deuxième mandat, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a nommé les membres de son gouvernement minoritaire. Parmi eux, Mona Fortier qui s'est vue confier le portefeuille de la "Prospérité de la classe moyenne". Un intitulé qui interroge dans les rangs de l'opposition.

Reconduit au pouvoir après les élections du 21 octobre, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a présenté son gouvernement minoritaire mercredi. Avec une petite surprise: la création d'un nouveau portefeuille: celui de la "Prospérité de la classe moyenne".

Attribué à la franco-ontarienne Mona Fortier qui sera également ministre associée des Finances, l'intitulé et la nature de ce portefeuille a suscité quelques interrogations. Dans un communiqué relayé par la presse canadienne, le gouvernement minoritaire libéral tente d'expliquer:

"La ministre Fortier va se concentrer sur la façon de rendre la vie des Canadiens plus abordable, de protéger l’environnement et d’aider les entreprises à prospérer. Elle a aussi toujours en tête la promotion de la dualité linguistique et la recherche du juste équilibre entre la prospérité et la justice sociale".

"Renforcer la classe moyenne"

Élue députée à Ottawa en 2017, Mona Fortier a été nommée coprésidente du comité national de la plateforme libérale pendant la campagne de Justin Trudeau, qui lui offre désormais une récompense en l’intégrant à son cabinet.

"J’ai eu le privilège dans la dernière année de me déplacer et de discuter avec les Canadiens, et le thème central, c’était de savoir comment s’assurer que la classe moyenne et notre économie continuent de grandir", a expliqué la nouvelle ministre.

"Comme mère de trois enfants, diplômée de l’Université d’Ottawa, leader communautaire et entrepreneure, elle sait qu’il est important de s’unir en offrant un plan nouveau et ambitieux pour bâtir des communautés fortes et meilleures tout en renforçant la classe moyenne", souligne encore le gouvernement minoritaire libéral dans son communiqué.

"Ca ne me rassure pas"

Sur les réseaux sociaux et dans l’opposition, l’intitulé de son portefeuille interroge. "Un ministre de la Prospérité de la classe moyenne? C’est la preuve que les libéraux n’ont pas réussi dans leur premier mandat. Ils auraient dû s’en préoccuper avant", a déclaré Gérard Deltell, député de Louis-Saint-Laurent.

"Ca veut dire quoi? Ca ne me rassure pas sur la volonté des libéraux d’aider ceux qui en ont le plus besoin, les plus vulnérables", a déploré de son côté Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique (NDP).

Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont qualifié l’intitulé du portefeuille de "populiste". D’autres réclament un ministre "pour l’éradication de la pauvreté" ou encore pour "l’élimination des inégalités économiques ridicules". Directeur Québec de la Fédération canadienne des contribuables, Renaud Brossard a quant à lui pointé un "fait cocasse": "la nouvelle ministre de la Prospérité de la classe moyenne gagnera un salaire annuel de 264.000$ par an, la mettant tout juste parmi le 1% des Canadiens et Canadiennes les mieux rémunérés", a-t-il écrit sur Twitter.

Paul Louis