BFM Business

Internet spatial: nouveau lancement de satellites OneWeb

La constellation OneWeb sera dotée de la moitié de ses satellites grâce à un nouveau lancement prévu ce mardi. L'entreprise a déjà passé plusieurs accords avec des entreprises de télécommunications.

La course à l'internet spatial se poursuit. La constellation de satellites OneWeb devrait être complète à la fin de l'année. Le but: fournir un accès haut-débit à des zones reculées, hors des zones de couverture des réseaux terrestres.

Pour y arriver, les engins sont envoyés par vague dans l'espace, en orbite basse. Ce mardi, un nouveau lancement est prévu depuis Baïkonour au Kazakhstan, organisé par Arianespace. Grâce à lui, la constellation sera portée à 322 satellites sur les 648 à déployer pour couvrir tout le globe, relate Les Echos.

Le projet, repris l'an dernier par le milliardaire indien Sunil Bharti Mittal et le gouvernement britannique après un dépôt de bilan, séduit les entreprises de télécom. La constellation OneWeb est désormais détenue à 35% par l'homme d'affaire Sunil Bharti Mittal, à 17,6% par la société française Eutelsat, à égalité avec le gouvernement britannique et Softbank.

Des accords avec l'industrie des télécommunications

OneWeb a conclu la semaine dernière un accord avec AT&T, le plus grand opérateur des Etats-Unis. Un accord qui ne concerne pas les particuliers. Il permettra à AT&T de renforcer son offre pour les entreprises et les administrations.

OneWeb avait déjà annoncé des partenariats avec British Telecom et avec Alaska Communications. L'objectif premier est l'industrie des télécommunications et non la vente directe de services aux consommateurs finaux.

L'internet spatial est un enjeu d'avenir. OneWeb est le concurrent direct de Starlink de Space X, l'entreprise du milliardaire américain Elon Musk. En juin, l'entreprise assurait que ses services seraient fonctionnels dès septembre, grâce à une flotte de près de 2000 satellites. Elon Musk ambitionne de lancer 12.000 satellites à moyen terme afin de resserrer le maillage, avant de viser les 40.000 satellites.

Contrairement à OneWeb, Starlink vise à connecter les particuliers en leur permettant de capter le réseau grâce à de petites paraboles individuelles. L'entreprise a obtenu en février l'aval de l'Arcep, le "gendarme" français des télécoms, pour déployer son réseau dans l'Hexagone.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech