BFM Business

Uber obtient un "sursis" d'un an à Londres

-

- - Britta Pedersen - AFP

La licence de Uber, qui lui a été retirée en 2017 par l'autorité des transports de Londres, a été prolongée de 15 mois par un tribunal londonien qui examinait la demande de la société de VTC ce mardi.

La licence de Uber à Londres a été prolongée mardi de 15 mois par le tribunal londonien de Westminster, qui examinait l'appel introduit par la société contre une décision de l'autorité des transports de Londres de la lui supprimer.

"J'accorde une licence pour une période de 15 mois" à l'entreprise de réservation de voitures avec chauffeur, a déclaré la juge Emma Arbuthnot au terme de deux jours d'audience.

Uber jamais réellement suspendu

L'autorité des transports de Londres, la TfL, avait supprimé la licence d'exploitation de la compagnie de VTC en septembre 2017. Elle expliquait sa décision en soulignant que "l'approche et la conduite d'Uber ont démontré un manque de responsabilité en lien avec plusieurs problèmes, avec des conséquences potentielles pour la sûreté et la sécurité du public".

TfL reprochait notamment à Uber son manque de réactivité dans la dénonciation de crimes dont ses chauffeurs seraient témoins et ses failles dans le contrôle du casier judiciaire de ses conducteurs. L'autorité accusait aussi Uber d'utiliser un logiciel permettant aux chauffeurs d'éviter de se faire repérer par les autorités dans les zones où ils n'ont pas le droit d'opérer.

Uber avait immédiatement attaqué cette décision en justice, ce qui avait pour effet d'empêcher la suppression de sa licence. L'appli n'a donc jamais été réellement débranché, et va continuer à fonctionner pour 15 mois minimum dans la capitale britannique. Dara Khosrowshahi, successeur à la tête d'Uber de son sulfureux fondateur Travis Kalanick, avait présenté ses excuses pour les "erreurs" commises par Uber à Londres en septembre dernier.

N.G.