BFM Business

Poutine et Merkel "satisfaits" de l'avancement du gazoduc Nord Stream-2

Un panneau indiquant la direction du terminal du gazoduc Nord Stream 2, à Lubmin dans le nord-est de l'Allemagne, en 2020

Un panneau indiquant la direction du terminal du gazoduc Nord Stream 2, à Lubmin dans le nord-est de l'Allemagne, en 2020 - Odd ANDERSEN © 2019 AFP

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi un accord avec le gouvernement allemand pour clore leur dispute au sujet de ce gazoduc au coeur d'une bataille géopolitique et économique.

Le président russe, Vladimir Poutine, et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont exprimé leur satisfaction quant l'avancée du gazoduc Nord Stream 2 entre leurs deux pays, a annoncé mercredi le Kremlin, après l'annonce d'un accord entre Berlin et Washington sur le sujet.

"Les dirigeants sont satisfaits de voir que la construction de Nord Stream 2 est sur le point d'être achevée", a déclaré le Kremlin après une conversation téléphonique entre Poutine et Merkel.

Le président russe a, selon le Kremlin, salué "l'engagement" de Berlin pour mener à bien ce projet. Il a insisté sur l'aspect "purement commercial" du gazoduc, présenté comme une garantie pour l'approvisionnement en énergie de l'Allemagne et, plus généralement, l'Union européenne (UE).

Les Etats-Unis renoncent à bloquer le projet

Les Etats-Unis ont annoncé mercredi un accord avec le gouvernement allemand pour clore leur dispute au sujet de ce gazoduc au coeur d'une bataille géopolitique et économique, opposant non seulement Washington et Berlin, principal promoteur du projet, mais aussi les Européens entre eux, ainsi que la Russie et l'Ukraine.

Les Etats-Unis et certains pays européens estimaient que ce projet allait augmenter la dépendance de l'Europe à la Russie en matière d'énergie. Mais Washington a changé d'avis dans un retournement inattendu.

Le président Joe Biden a renoncé à bloquer le projet, estimant qu'il était trop tard et qu'il valait mieux miser sur l'alliance avec l'Allemagne dont Washington souhaite s'assurer la coopération dans d'autres dossiers, notamment face à la Chine.

L'accord ouvre la voie à des sanctions contre la Russie en cas de dérapage. Il promet aussi que Washington et Berlin s'engageront pour permettre de prolonger des mesures qui garantissent le passage par l'Ukraine du gaz russe.

Le gazoduc Nord Stream-2 contourne en effet les infrastructures ukrainiennes, ce qui pourrait priver le pays d'un milliard de dollars de revenus chaque année, accroissant les craintes de Kiev d'être plus vulnérable face à d'éventuelles attaques russes.

"Le président russe et la chancelière allemande ont évoqué la possibilité de prolonger après 2024 l'accord entre Gazprom", géant énergétique russe, "et l'ukrainien Naftogaz quant au transit du gaz par le territoire ukrainien", a annoncé le Kremlin sans autre détail.

P.D. avec AFP