BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux: "La récession est plus forte en France que dans le reste de l’Europe"

Pour le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, la France devra faire des réformes structurelles pour relancer la croissance et contrebalancer la "dette Covid".

Après le plongeon, l'activité économique française commence à remonter la pente. Mais la partie est loin d'être gagnée. L'Insee chiffre la perte d'activité autour de -8% en décembre, contre une baisse de 12% le mois précédent. Mais certains secteurs, notamment celui de la restauration dont les établissements n'ont toujours pas rouvert, souffrent encore.

“On va s’en sortir, on s’en sortira", affirme Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, invité de la matinale de BFM Business ce vendredi. Il intervenait en duplex depuis le marché de Rungis où il était venu "soutenir la filière alimentaire", comme il l'a indiqué sur Twitter.

La France a du potentiel. Avant le confinement, on était plutôt sur un chiffre de croissance supérieur à l’Allemagne. On a été malheureusement plus touché, la récession est plus forte en France que dans le reste de l’Europe donc j’espère qu’on aura un rebond plus fort”, explique Geoffroy Roux de Bézieux.

La "dette Covid"

La crise a coûté très cher et tous les bords politiques commencent à s'inquiéter du remboursement de la "dette Covid". Le Parlement a adopté jeudi un budget 2021 hors norme, avec un volet relance à 22 milliards d'euros de crédits,

Il y a le moment de la dépense pour sauver les entreprises et c’est assez logique que l’Etat qui a arrêté l’économie intervienne. Mais il faudra rembourser cette dette et pour cela, il n’y a que deux solutions: les impôts comme on l’a fait en 2011 et dans ce cas, l’économie s'arrête, et puis il y a la croissance", témoigne le président du Medef.

Pour relancer la croissance, Geoffroy Roux de Bézieux évoque la nécessité de faire des réformes structurelles: "il faudra à un moment se poser la question de la compétitivité de l’économie française, de la quantité de travail".

On est à un moment où il faut sauver l’économie et sauver les entreprises. Mais quand il faudra repartir, ces questions devront se poser. On n’est pas une île au milieu du monde, on travaille dans une économie mondialisée, avec l’Europe et des pays qui s’en sont parfois mieux sortis que nous, notamment au nord de l’Europe", cite le président du Medef.

Geoffroy Roux de Bézieux se dit tout de même "optimiste" et demande au gouvernement de faire de la "micro-chirurgie" pour traiter au cas par cas les secteurs fermés et leur permettre d'ouvrir, quand la crise sanitaire le permettra.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech