BFM Business

L'économie française amorce son rebond en décembre

L'activité économique profite de l'allègement des mesures de restriction.

L'activité économique profite de l'allègement des mesures de restriction. - Thomas Coex / AFP

L'activité économique profite en décembre de l'allègement des mesures de restriction liées au second confinement.

Après le plongeon, l'activité économique française commence à remonter la pente. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, la perte d'activité se situerait autour de -8% en décembre, contre une baisse de 12% le mois précédent. L'allègement des mesures de restriction depuis le 28 novembre – les moindres limitations de déplacements et, surtout, la réouverture des commerces à l'approche des fêtes de fin d’année – ont permis une reprise progressive: la consommation des ménages, après avoir chuté de 15% en novembre, revient à 6 % sous son niveau d’avant-crise en décembre.

"Les premiers jours de réouverture des commerces 'non essentiels' font apparaître un rebond de la consommation: les transactions par carte bancaire ont fortement augmenté lors de la semaine du 30 novembre au 6 décembre (…). Sur les derniers jours de la semaine, ce dynamisme est certes lié au décalage du Black Friday, [mais sur les autres jours de cette semaine] cette progression provient notamment des ventes physiques".

En attendant le vaccin

Un retour à la normal est espéré pour l'année à venir, mais les incertitudes sanitaires continueront de peser sur la reprise attendue de l'activité économique. "La perspective d’une campagne de vaccination devrait se concrétiser, mais les risques de regain de circulation du virus resteraient présents d’ici mi-2021", estime l'institut statistique. En prenant en compte l’hypothèse "d’une situation épidémique stabilisée et sous contrôle" et de la poursuite de mesures sanitaires, l'activité économique ne serait plus "que" 3% sous son niveau d’avant-crise au deuxième trimestre 2021.

"Au total, la reprise de l’activité économique sur les six premiers mois de 2021 conduirait à une progression du PIB de 3 % environ au premier trimestre puis de 2 % au deuxième", estime l'Insee.

J. Br.