BFM Business

Uber recrute l'ancienne commissaire européenne en charge du numérique

La néerlandaise Neelie Kroes a été ministre et député aux Pays-Bas puis responsable de la concurrence dans la  première commission Barroso, puis commissaire européenne chargée de la société numérique de 2010 à 2014.

La néerlandaise Neelie Kroes a été ministre et député aux Pays-Bas puis responsable de la concurrence dans la première commission Barroso, puis commissaire européenne chargée de la société numérique de 2010 à 2014. - AFP- Anthony Harvey

"L’entreprise de VTC américaine vient de former un comité qui le conseillera sur sa stratégie. Il se compose de huit personnalités politiques et économiques venues du monde entier dont Neelie Kroes."

Elle avait pris position en faveur d’Uber en 2014 lorsqu’elle était commissaire européenne chargée de la société numérique. La néerlandaise Neelie Kroes vient carrément de rejoindre un comité au sein de la société américaine de VTC.

2 réunions par an

Comme elle, sept autres personnalités politiques et économiques de plusieurs continents vont former ce comité, chargé de conseiller l’entreprise sur des questions de régulation, de politiques publiques ou d'image. Il se réuniront deux fois par an. La première réunion a eu lieu cette semaine, a annoncé Uber sur son blog officiel le 4 mai. 

Neelie Kroes avait été chargée successivement à la Commission européenne des questions de concurrence, puis des nouvelles technologies. Elle avait notamment apporté son soutien à Uber en 2014 quand la justice belge avait ordonné à la société américaine de cesser ses activités de covoiturage entre particuliers (UberPop) à Bruxelles, se disant "scandalisée" face à une décision qui "protège un cartel de taxis". Elel a également été député et ministre dans son pays d'origine, les Pays-Bas.

Une princesse également embauchée

La liste de 8 personnalités publiée par Uber sur son blog comprend aussi notamment l'ancien secrétaire américain aux Transports Ray LaHood, l'ex-président de l'autorité de la concurrence australienne Allan Fels, un ex-Premier ministre péruvien, Roberto Danino, ou encore la princesse saoudienne Reema Bint Bandar Al Saud. Uber avait annoncé il y a une semaine que l'éditorialiste Arianna Huffington, dirigeante du Huffington Post, rejoignait son conseil d'administration.

Uber est l'une des start-up non cotées les plus en vue de la Silicon Valley, avec une valorisation estimée à une cinquantaine de milliards de dollars, mais sa croissance très rapide s'est accompagnée de nombreuses polémiques: les taxis traditionnels l'accusent de concurrence illégales, et plusieurs villes ont interdit le service, dont Buenos Aires dernièrement.

A.R. avec AFP