BFM Business

Ryanair choque l'Italie en menaçant de représailles ses pilotes grévistes

-

- - Emmanuel Dunand - AFP

La compagnie aérienne qui fait face à un préavis de grève ce vendredi en Italie menace les pilotes qui suivraient le mouvement de bloquer leurs demandes d'augmentation, de transfert ou de promotion.

Ryanair a menacé de rétorsion les pilotes qui oseraient faire grève ce vendredi 15 décembre, provoquant ce mercredi la colère à la fois du gouvernement et des syndicats. "C'est indigne. Ce n'est pas mon domaine de compétence mais je pense qu'il faut intervenir. On ne peut pas être sur le marché et en tirer seulement les avantages sans respecter les règles", a notamment déclaré le ministre du Développement économique Carlo Calenda devant la presse.

Les pilotes italiens de Ryanair ont annoncé une grève de quatre heures pour vendredi. Ce mouvement a été proclamé en raison du refus de la direction de la compagnie d'ouvrir des négociations sur les contrats de travail avec son personnel italien, a indiqué l'Association nationale des pilotes de l'aviation civile (Anpac). Le syndicat de catégorie réclame "l'obtention d'un contrat collectif unique" pour tous les pilotes et personnel navigant opérant depuis l'Italie.

Arrogance et absence de scrupule

En réponse à cette annonce, Ryanair a envoyé mardi une lettre à son personnel italien le menaçant de diverses rétorsions. La participation à la grève "peut entraîner la perte des futures augmentations salariales, des transferts réclamés par des salariés, ou des promotions", indique la lettre signée par le responsable du personnel Eddie Wilson dont une copie a été publiée par le quotidien La Repubblica.

La lettre envoyée au personnel navigant "confirme une fois de plus avec quelle arrogance et absence de scrupule la compagnie irlandaise continue d'agir vis-à-vis de ses propres employés", a dénoncé Emiliano Fiorentino, secrétaire national du syndicat Fit-Cisl. "L'unique lettre que nous attendions était une lettre d'excuses pour la mauvaise gestion du personnel et de bonnes propositions pour affronter le futur dans un climat plus respectueux vis-à-vis des travailleurs", a-t-il ajouté, en confirmant les quatre heures de grève programmées vendredi.

"L'absence de respect de Ryanair vis-à-vis de ses employés a dépassé toute limite", a jugé pour sa part le secrétaire général d'Uiltrasporti, Claudio Tarlazzi, en appelant les ministères concernés à convoquer une table ronde sur le cas Ryanair, pour trouver des "solutions sérieuses et partagées rapidement".

Aucune grève des pilotes depuis trente ans

Le président de l'Autorité garante des grèves en Italie, Giuseppe Santoro Passarelli, a indiqué de son côté que "la déclaration des responsables de Ryanair apparaît non conforme aux principes de notre système juridique, dans lequel la grève, si elle est exercée légitimement est un droit constitutionnel".

En trente ans d'existence, la compagnie aérienne irlandaise à bas coût n'avait connu aucun débrayage de pilotes, mais elle a été contrainte d'annuler des milliers de vols, faute de pilotes disponibles en nombre suffisant, signe d'un indiscutable malaise social.

Mardi, le syndicat irlandais Impact a communiqué à la direction de Ryanair un préavis d'une grève d'une journée le mercredi 20 décembre tandis que ses pilotes allemands ont décidé de rejoindre le mouvement, eux aussi, à la veille des vacances de Noël.

N.G. avec AFP