BFM Business

Cadences infernales, pressions: des ex-pilotes de Ryanair se confient

Ryanair a du récemment faire face au départ de nombre de ses pilotes.

Ryanair a du récemment faire face au départ de nombre de ses pilotes. - Pascal Pavani - AFP

Deux anciens employés ont décrit à BFMTV les méthodes de la compagnie low cost irlandaise. Des témoignages édifiants.

Alors que Ryanair a dû faire face au départ de nombre de ses pilotes, excédés par leurs conditions de travail, certains ont bravé l’interdiction de s’exprimer dans les médias pour dénoncer les méthodes de la compagnie low cost irlandaise.

"Une journée type dure une douzaine d’heures, ce qui n’inclut pas les éventuels retards. Et cela pendant cinq jours de suite, avec des escales de 25 minutes. On n’a pas le temps de passer aux toilettes, par exemple", décrit ainsi Marc, ancien pilote chez Ryanair.

"T’es malade, tu vas voler sinon t’es pas payé"

D’autant qu’au sein de la compagnie low-cost, les pilotes sont payés uniquement lorsqu’ils volent. "Tu n’as pas de salaire fixe, pas de mutuelle, la sécu ton comptable te la déduit mais ne la reverse pas donc quand tu vas à l’hôpital tu n’existes pas", confirme Pierre, lui aussi ancien pilote. Chez Ryanair, "t’es malade, tu vas voler sinon t’es pas payé. Si tu ne justifies pas, ils te harcèlent au téléphone et te convoquent à Dublin", poursuit-il.

"C’est un flicage permanent, un management par la terreur", confirme Marc, qui alerte également sur les problèmes de sécurité que ces méthodes peuvent poser.

Ryanair dément imposer des cadences infernales

De son côté, Ryanair conteste formellement les faits évoqués ci-dessus. "Les pilotes de Ryanair et les membres d'équipage de cabine - en vertu du droit de l'UE - ne peuvent pas voler plus de 900 heures par an, ce qui représente en moyenne 18 heures par semaine", indique la compagnie. "Chaque pilote travaille sur la base d’un tableau de seulement 5 jours de service, suivis de 4 jours de congé - un double week-end, chaque semaine", assure-t-elle, évoquant un "équilibre travail/vie personnelle très confortable".

Par ailleurs, Ryanair affirme offrir des conditions financières plus avantageuses que plusieurs de ses concurrents sur le secteur low-cost, en l'occurence Norwegian Airlines et Jet 2. "Notre équipage de cabine gagne jusqu'à 40.000 euros par an et nos capitaines jusqu'à 180.000 euros par an", indique-t-elle ainsi. 

Y.D.