BFM Business

PSA divise ses pertes par deux

PSA perd environ 100 millions d'euros par mois.

PSA perd environ 100 millions d'euros par mois. - -

Le constructeur automobile a présenté, ce mercredi 31 juillet, ses résultats semestriels. Un an après avoir lancé son plan de restructuration, le groupe a réduit ses pertes à 426 millions d'euros qui reste toutefois grandes. Son président exclut une augmentation de capital.

PSA perd encore de l'argent. Mais moins. Le groupe a dévoilé, ce mercredi 31 juillet, ses résultats pour le premier semestre 2013. Concrètement le constructeur français a réussi à diviser par près de deux sa perte nette, à 426 millions d'euros. La Bourse a clairement salué cette performance, le titre Peugeot prenant plus de 10% après l'annonce de ces résultats.

Sa divison automobile reste largement déficitaire avec une perte opérationnelle de 510 millions d'euros, et son chiffre d'affaires baisse de 7,5%.

Un an après l'annonce de son vaste plan de restructuration, PSA a néanmoins beaucoup de mal à sortir la tête de l'eau. Le groupe brûle environ 100 millions d'euros par mois et dispose d'une marge de manœuvre très faible. Il a d'ailleurs annoncé vouloir réduire par plus de deux sa consommation de cash.

Le président du directoire de PSA a en revanche exlcu une nouvelle augmentation de capital pour améliorer sa situation financière.

"Il y a eu des rumeurs concernant une augmentation de capital éventuelle", a reconnu Philippe Varin lors d'une conférence d'analystes, mais "la question n'est pas à l'ordre du jour pour l'instant". La sécurité financière du constructeur automobile français, qui a publié ses résultats semestriels mercredi, s'est améliorée à 11,8 milliards d'euros, a-t-il fait valoir.

Des alliances peu plausibles

Le groupe détient encore deux actifs. Banque PSA et 57 % de Faurécia. Les vendre donnerait quelques mois de trésoreries à PSA mais ne réglerait absolument pas le problème. L'idéal serait un nouvel investisseur.

Les pistes pour trouver de l'argent frais sont peu nombreuses pour PSA. Il y a l'option General Motors. Mais selon des analystes du secteur. L'Américain qui détient déjà 7% de PSA refusera d'augmenter sa participation sans une véritable restructuration au préalable.

La piste Dongfeng est souvent évoquée. Mais certains spécialistes en doutent. D'abord le Chinois va avoir besoin de liquidité pour ses investissements en Chine avec Renault.

Ensuite PSA prendrait le risque de laisser Dongfeng avoir accès à sa technologie. Une mise à niveau qui permettrait au groupe Chinois d'inonder le marché européen.

La nationalisation partielle semée d'obstacles

Quant à la rumeur persistante d'une nationalisation partielle de PSA, l'Etat se retrouverait face à deux problèmes.

Le financement de l'opération et Bruxelles: il faudrait convaincre la commission qu'il ne s'agit pas d'une aide d'Etat déguisé. Enfin s'il devenait actionnaire, l'Etat aurait sans doute du mal à mettre en place une profonde restructuration de PSA. Pourtant indispensable......

Mathieu Sevin & BFMbusiness.com