BFM Business

Ouverture à la concurrence des TER: la RATP s'allie à Getlink (ex-Eurotunnel)

Un train (Photo d'illustration).

Un train (Photo d'illustration). - AFP

La régie autonome et l'exploitant du tunnel sous la Manche vont créer une société commune afin de répondre aux futurs appels d'offres pour l'exploitation des liaisons ferroviaires régionales.

La RATP se positionne en vue de l'ouverture à la concurrence des trains express régionaux (TER) à l'horizon 2023. La régie autonome des transports parisiens annonce la création d'une société commune avec Getlink, l'ex-Groupe Eurotunnel. La RATP détiendra 55% de cette nouvelle entité.

Les deux groupes mettent en avant une "complémentarité stratégique": la RATP est spécialisée dans l'exploitation et la maintenance du transport de voyageurs tandis l'activité de Getlink couvre l'exploitation d'infrastructures, la gestion de services ferroviaires dans le tunnel sous la Manche et des trains de marchandises.

"Nous sommes heureux de nous associer à Getlink en vue de l'ouverture des marchés de services ferroviaires, convaincus que l'alliance de nos multiples expertises de haut niveau sur l'ensemble de la chaîne de valeur rendra nos futures offres pertinentes pour les régions françaises", a déclaré la PDG de la RATP Catherine Guillouard, citée dans le communiqué.

"Ce partenariat avec le groupe RATP assure la mise en commun de nos expertises respectives au service du public pour développer la mobilité dans les territoires", a renchéri le PDG de Getlink, Jacques Gounon.

Cette société commune aura donc vocation à répondre aux appels d'offres que lanceront les régions. Mais elle concentrera d'abord ses efforts sur les Hauts-de-France et le Grand Est, ont indiqué les deux partenaires dans un communiqué.

La SNCF pressée de jouer le jeu

Il faut dire que les Hauts-de-France notamment veulent aller vite. La région, présidée par Xavier Bertrand (ex-LR), veut ouvrir à la concurrence une partie du transport ferroviaire régional car, à ses yeux, "la qualité du service de la SNCF s'est considérablement dégradée" (retards, annulations, pannes, lignes menacées de suppression). Quelque 110.000 personnes empruntent les lignes TER des Hauts-de-France chaque jour.

La région souhaite ainsi lancer les premiers appels d'offres au printemps 2020, pour attribution en octobre 2021 et mise en service fin décembre 2022-début 2023. Si la SNCF joue le jeu, ce qui ne semble pas être le cas puisque la région a saisi en avril dernier l'Autorité de régulation des activités ferroviaires pour contraindre la SNCF à lui transmettre les informations nécessaires à cette opération.

OC avec AFP