BFM Business

Les taxis vont de nouveau manifester leur colère contre les VTC

Les taxis vont de nouveau manifester leur colère le 10 février.

Les taxis vont de nouveau manifester leur colère le 10 février. - -

Cinq syndicats de taxis appellent à une grève lundi 10 février pour alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de préserver leur profession. Ils entendent obtenir de nouvelles garanties du gouvernement, après la suspension du délai de 15 minutes imposé aux voitures de tourisme avec chauffeur.

Les taxis seront dans les rues lundi 10 février. Mais pas pour transporter des passagers : 5 syndicats (CFDT, CGT, FO, SDCTP et CST) ont appelé à faire grève à Paris et dans les principales villes de France. Dans la capitale, ils formeront un cortège qui partira dès 8 heures des aéroports de Roissy et Orly, pour rejoindre à petite allure le centre de Paris, vers le Trocadéro.

Les taxis entendent ainsi manifester leur opposition à la décision prise hier par le Conseil d'Etat de suspendre le décret imposant aux voitures de tourisme avec chauffeur ( VTC) un délai de 15 minutes entre la commande et la prise en charge du client.

Une contrainte que le gouvernement avait mis en place sous la pression des taxis, qui estiment que l'arrivée de cette nouvelle concurrence menace leur profession.

"Le Conseil d'Etat est en déphasage complet avec la réalité du terrain. On veut maintenant que l'Etat prenne ses responsabilités en légiférant car nous sommes en train de couler à petit feu", a réagi auprès de l'AFP Nordine Dahmane (FO-taxis).

Ayrault annonce une mission dirigée par une "personnalité"

Le gouvernement a déjà entendu leur appel, puisque ce jeudi 6 février, Jean-Marc Ayrault a annoncé sur France 2 qu'il allait de nouveau se pencher sur le dossier.

"Nous allons reprendre ce travail pour qu'à la fois, on puisse améliorer le service rendu aux usagers et en mêmes temps faire en sorte que la profession de taxi" ne soit pas pénalisée, a expliqué le Premier ministre dans l'émission Les 4 Vérités.

Et de préciser qu'une mission sera confiée à "une personnalité" pour trouver une solution à la concurrence entre taxis et voitures de tourisme avec chauffeur.

En France, la profession de taxis est réglementée : pour avoir le droit d'installer le fameux signal lumineux sur leur voiture, les chauffeurs doivent être titulaires d'un certificat de capacité professionnelle, et plus délicat à obtenir car régie par un numérus clausus, avoir une licence dont le prix dépasse les 200.000 euros à Paris.

Et si les taxis sont les seuls à pouvoir stationner aux abords des aéroports et des gares et à pouvoir faire de la maraude, ils estiment que ces privilèges ne suffisent pas à compenser le manque à gagner que représente l'arrivée des VTC.

|||sondage|||1614

C.C.