BFM Business

Les scooters en libre-service veulent gagner du terrain à Paris

Lancés en juin dernier, les scooters électriques en libre-service Cityscoot commencent à séduire les Parisiens avec plus de 100.000 locations, depuis leur mise en circulation. L’entreprise, financée par des fonds privés, entend développer son service et parvenir à 1.500 scooters en location d’ici la fin de l’année.

Les scooters électriques blanc et bleu s’imposent progressivement dans le paysage parisien. D’ici la fin de l’année Cityscoot compte faire passer sa flotte de scooters de 650 actuellement à 1.500. Fin mars, leur nombre devrait déjà passer à 1.000.

Une forte expansion pour le service, alors que la barre des 100.000 locations a été franchie depuis leur lancement en juin dernier. "Un succès" se satisfait l’entreprise, qui revendique "plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs".

Pas de borne ni d'abonnement

Cityscoot est encore bien loin d’Autolib’ et de ses 4.000 véhicules en circulation mais met en avant un service qui mise sur une plus grande liberté sans borne ni abonnement.

"Pour réserver un Cityscoot vous avez une application et sur cette application vous voyez les Cityscoot autour de vous avec leur autonomie. Vous cliquez sur celui qui est le plus proche et vous réservez. Vous avez dix minutes pour aller le chercher et vous pouvez le démarrer avec un simple code", explique Bruno Vanryb, associé de la société.

Les scooters répondent en effet au principe de l'autopartage "free-floating": ils peuvent être loués et déposés n’importe où. Seules limites, il faudra rester dans le périmètre de Paris intramuros et oublier le périphérique, car le scooter est limité à 50 km/h. La tarification se fait ensuite au temps d'utilisation avec un prix de 0,28 euro par minute, casque fourni.

Cityscoot met par ailleurs en avant un service qui "ne coûte pas d’argent à la Ville". Si l'entreprise a reçu le soutien de la mairie de Paris, elle ne reçoit en effet pas de fonds publics. À terme, l’entreprise souhaite qu’un scooter soit disponible à moins de 150 mètres de l'utilisateur dans toute la zone.

Carole Blanchard avec Dah Magassa