BFM Business

Le doublement des PV braque le lobby automobiliste

le lobby automobiliste goûte peu l'éventualité d'un doublement des amendes de stationnement évoquée par le gouvernement jeudi.

le lobby automobiliste goûte peu l'éventualité d'un doublement des amendes de stationnement évoquée par le gouvernement jeudi. - -

Les associations d'automobilistes sont sans surprise farouchement opposées à l'éventualité d'un doublement des amendes de stationnement évoquée par le gouvernement, un "impôt déguisé", "inacceptable" et "démesuré" selon elles.

Ce n'est pas une grande surprise, le lobby automobiliste goûte peu l'éventualité d'un doublement des amendes de stationnement évoquée par le gouvernement jeudi. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait dévoilé mercredi les grandes lignes du Grand Paris des transports, un projet à 30 milliards d'euros.

Sur cette somme, les collectivités locales sont priées de contribuer à hauteur de 225 millions, et pourraient pour cela bénéficier d'une hausse des amendes de stationnement qui passeraient de 17 à 35 euros, versées au bénéfice des autorités organisatrices des transports, partout en France.

"Absolument inacceptable"

La mesure est seulement à l'étude mais a d'ores et déjà braqué le lobby automobiliste.

"Il est absolument inacceptable d'imaginer le financement de ce projet à travers l'augmentation des amendes de stationnement", s'énerve l'association 40 millions d'automobilistes dans un communiqué, rappelant que les amendes de stationnement avaient déjà augmenté en août 2011 (de 11 à 17 euros).

"Le comportement des automobilistes n'a pas connu une révolution d'une année sur l'autre et pourtant 2010 avait connu une augmentation de 5,3% sur Paris et, en 2011, l'augmentation du nombre d'infractions de stationnement sanctionnées progressait encore de 7%. Tous les indicateurs laissent supposer que les chiffres de 2012 confirmeront cette tendance", souligne Daniel Quéro, président de "40 millions d'automobilistes", cité dans le communiqué.

"Taxer plus encore les automobilistes"

"Doubler les infractions? C'est un nouveau coup porté aux automobilistes les plus modestes et un signal négatif renvoyé à la filière automobile française dans un climat économique qui n'en a pas besoin", ajoute Daniel Quéro.

De son côté, l'Automobile club des avocats (ACDA) rappelle dans un communiqué avoir "toujours dénoncé la pratique du stationnement payant justifiée par l’Etat pour assurer la fluidité de la circulation alors qu’elle constitue en réalité un impôt déguisé et une recette budgétaire pour financer des projets locaux".

Quant à l'éventualité d'un doublement des amendes de stationnement, cela "revient une nouvelle fois à taxer plus encore les automobilistes", dénonce l'association. Elle menace de lancer l'offensive sur le plan juridique, en soumettant la mesure, si elle était mise en oeuvre, "à l’appréciation des juges et notamment de la Cour Européenne des Droits de l’Homme".

L'ACDA souligne notamment, si le gouvernement décidait de "différencier le montant de l'amende selon la localisation", "le risque d’illégalité de la mesure en raison du principe d’égalité de tous devant la loi".

A LIRE AUSSI:

>> Où va l'argent de PV?

>> PV à 35 euros: est-ce vraiment possible?