BFM Business

La nouvelle grève des contrôleurs aériens français insupporte Ryanair

La direction de Ryanair appelle le gouvernement français et la Commission européenne à intervenir auprès des contrôleurs aériens en grève ce 12 septembre.

La direction de Ryanair appelle le gouvernement français et la Commission européenne à intervenir auprès des contrôleurs aériens en grève ce 12 septembre. - Philippe Hughen-AFP

Ryanair appelle le gouvernement français et la Commission européenne à intervenir auprès des contrôleurs aériens en grève. Leur mouvement devrait conduire ce mardi à l'annulation de 110 vols de la compagnie.

La direction de Ryanair n'en peut plus des grèves des contrôleurs aériens français. "Trop, c'est trop. Si le gouvernement français est sérieux sur la volonté de changement en France, il devrait commencer par s'attaquer aux syndicats des contrôleurs aériens français", a fustigé Kenny Jacobs, directeur marketing de la compagnie aérienne low-cost, sur le site internet officiel du transporteur/

Cette réaction virulente est en liaison avec la journée nationale d'action et de grève dans les entreprises et les services lancée ce mardi 12 septembre à l'appel des syndicats contre la réforme du code du travail voulue par le président Emmanuel Macron. Ce mouvement social pourrait conduire à l'annulation de 110 vols en Europe de la compagnie aérienne, en raison de la position centrale de l'espace aérien de l'Hexagone.

Le gouvernement Macron "a annoncé une transformation majeure de la législation française sur le travail - mais il semble que rien ne change concernant les perturbations causées par les contrôleurs aériens et les syndicats, qui prennent l'Europe en otage", blâme-t-il, dénonçant une année 2016 "record pour les grèves" au sein de cette corporation. Conjointement avec la Commission européenne, le gouvernement français "devrait prendre des mesures immédiates", suggère ce dirigeant.

Le survol de l'espace aérien français doit être "protégé"

La compagnie irlandaise affirme avoir déjà demandé, avec d'autres compagnies aériennes, à la Commission européenne de prendre trois mesures pour "alléger l'impact" de ces mouvements de grève français.

En premier lieu, elle demande d'"exiger des syndicats des contrôleurs aériens français" d'avoir recours à "un arbitrage exécutoire au lieu de faire grève". Puis elle veut qu'on "permette à d'autres contrôleurs aériens européens de prendre en charge les opérations de survol dans le ciel français pendant que les syndicats des contrôleurs aériens français sont en grève". Enfin, elle exige "que les survols de l'espace aérien français soient protégés (dans le cadre d'une obligation de service minimum) lors de grèves des contrôleurs aériens français".

Par ailleurs, la compagnie recommande à ses clients de vérifier le statut de leur vol sur le site du groupe avant de se rendre à l'aéroport. Elle "exhorte" également "tous ses clients" à signer la pétition "Keep Europe's Skies Open" de A4E qu'elle compte présenter à la Commission européenne une fois un million de signatures obtenues.

F.Bergé avec AFP