BFM Business

Honda victime des mêmes airbags défectueux que Nissan et Toyota

Ce sont 4,89 millions d'airbags conducteur ou passager, qui sont concernés par ce nouveau rappel de Honda

Ce sont 4,89 millions d'airbags conducteur ou passager, qui sont concernés par ce nouveau rappel de Honda - AFP TOSHIFUMI KITAMURA

Honda doit rappeler 5 millions de véhicules à cause d'airbags défectueux de son fournisseur Takata, déjà en cause dans des rappels similaires chez Toyota et Nissan.

Série noire pour les constructeurs japonais d'automobile. Le troisième d'entre eux, Honda, va rappeler près de 5 millions de véhicules dans le monde à cause des airbags défectueux de son fournisseur Takata.

Ce même équipementier automobile est en cause dans les mesures similaires de rappel qu'ont été contraint de prendre récemment, ses grands rivaux Toyota et Nissan.

Dans le cas de Honda, ce sont 4,89 millions d'airbags conducteur ou passager, dont certains dans une même voiture, qui sont concernés par ce nouveau rappel qui affecte plus de 20 modèles fabriqués entre 2002 et 2008.

Parmi ceux-ci, 1,72 million ont été vendus au Japon. "Il n'y a aucun blessé ni décès liés à ces rappels, qui sont précisément destinés à prévenir tout nouvel accident", a souligné Honda.

Pour Honda, près de 20 millions ont été concernés

Pour Honda, la facture liée à ces rappels commence à être très lourde. Au total, ce sont 19,6 millions de voitures de la marque qui sont convoquées au garage pour la même raison. Les résultats annuels du constructeur ont plongé du fait de ces déboires qui ont aussi provoqué le départ de son directeur général.

De nombreux incidents et six accidents mortels, la plupart aux Etats-Unis, ont été imputés pour l'heure aux coussins de sécurité défaillants de Takata. Des explosions intempestives ont provoqué la projection de fragments de métal et plastique sur les passagers.

A été mis en cause dans ces accidents l'agent gonfleur utilisé - du nitrate d'ammonium - qui est susceptible de se détériorer en cas d'exposition à une humidité excessive, selon les explications fournies par l'équipementier nippon.

Takata, un des plus importants équipementiers du secteur, est accusé d'avoir réagi tardivement face à ce problème ignoré pendant des années. Il a été très critiqué pour sa gestion de la crise.

F.Bergé avec AFP