BFM Business

Les airbags défectueux de Honda font sauter le patron

Takanobu Ito avait pris les rênes du groupe en 2009.

Takanobu Ito avait pris les rênes du groupe en 2009. - Toru Yamanaka - AFP

Takanobu Ito, directeur général, va quitter ses fonctions en juin. Mais il restera au conseil d'administration.

Le scandale dans lequel est empêtré Honda a eu de graves conséquences pour son patron. Le constructeur automobile japonais a annoncé, ce lundi 23 février, que son directeur général Takanobu Ito allait quitter ses fonctions en juin. Une décision inattendue de la part du troisième constructeur automobile japonais.

Takanobu Ito, 61 ans, qui avait pris les rênes de Honda en 2009, sera remplacé par l'actuel directeur général délégué du groupe, Takahiro Hachigo, âgé de 55 ans. Takanobu Ito continuera de siéger au conseil d'administration de Honda.

Fin janvier, Honda a réduit de 6,5% sa prévision de bénéfice d'exploitation annuel après d'importantes provisions liées aux rappels de véhicules pour remplacer des airbags potentiellement défectueux de son fournisseur Takata. Les voitures Honda représentent plus de la moitié des quelque 25 millions de véhicules rappelés depuis 2008, notamment aux Etats-Unis. Le gonfleur d'airbag, défectueux, peut entrainer un départ de feu.

Dépoussiérer la chaîne d'approvisionnement

Takanobu Ito était arrivé aux commandes d'Honda au moment où le secteur automobile mondial subissait encore de plein fouet les conséquences de la crise financière mondiale.

Les deux premières années de son règne n'ont guère été faciles avec les contre-performances commerciales de la nouvelle version de la Civic puis les effets sur la production et les bénéfices de catastrophes naturelles au Japon et en Thaïlande.

Au cours des trois dernières, Takanobu Ito a tenté de dépoussiérer une chaîne d'approvisionnement mise en place il y a plusieurs décennies en vue de faire des économies et d'avoir accès à des technologies de pointe.

Ceci a, sans surprise, froissé nombre de fournisseurs locaux de Honda et des sources ont dit à Reuters que certains dirigeants à la retraite du constructeur avaient manœuvré pour obtenir le départ de Takanobu Ito.

D. L. avec Reuters